Esquisses d’exil – Le grain tombé entre les meules (t. 2) : 1979-1994

0

Au fond d’une forêt du Vermont, il y a Alexandre Soljénitsyne l’exilé. Il est un grain, broyé par la meule soviétique, broyé par la « tribu instruite » américaine. Trop paysan, trop russe, parlant trop de rigueur morale, de courage, l’écrivain barbu déplaît. On lui préfère le dissident urbain Sakharov, le réformateur communiste Gorbatchev. Qu’on l’isole, il n’en a cure : il peut dorénavant écrire son oeuvre à sa guise. Les pages les plus belles, les plus tragiques de ces Esquisses d’exil, il les rédige entre 1989 et 1994. Un dégel a lieu dans sa patrie. Les portes de la terre natale s’ouvrent. À la frénésie du départ se substitue l’angoisse : la Russie n’est que chaos et il va à sa rencontre. Mais le récit de son installation, ce sera pour une autre fois.

Publicité