Télémaque

3

Retenez votre souffle ! Plastiquement, il y a un premier choc, celui d’un dessin ayant intelligemment intégré les ressources des sommités de la BD actuelle (Mattotti, Blutch, Mazzuchelli, Baudoin) : un sens de l’économie visuelle et de la lumière (fines lignes grattées, traits épais, taches), allié à une esthétique du croquis, de l’image fugace. La couleur (seconde collision !) installe une impression inédite —  à l’instar du Mc Cay de Bramanti, mais encore plus radicalisée : désolidarisée du trait, elle crée un second plan où elle s’exprime librement sur de grandes plages abstraites. Cette dualité vient magistralement soutenir l’histoire dédoublée de Télémaque, autiste, prisonnier d’un fantasme grec antique où il doit annoncer la mort du grand Pan. Une détonation !

Publicité