Somewhere Else

0

Tout comme l’album de jazz Something Else d’Ornette Coleman auquel le titre fait référence, ce petit bijou de bande dessinée bouscule un peu les conventions du genre. Bien que l’esthétique de Jousselin demeure somme toute assez conventionnelle, les histoires qu’elle appuie sortent toutes de l’ordinaire. On évolue dans un univers narratif standard se rapprochant de la nouvelle littéraire, mais des événements dignes de Twilight Zone sont logés dans chaque segment. Alors que les personnages ne semblent en rien troublés par ces pluies de poissons, ces geysers de feu et autres, en tant que lecteur, on ne peut s’empêcher de tiquer. Un temps. Puis on accepte, on se laisse bercer par ces anecdotes imbibées de musique et empreintes d’une humanité extrême.

Publicité