Skim

4

Kim a 16 ans, un surplus de poids qui lui vaut le surnom de «Skim», une meilleure amie qui s’appelle Lisa, une fascination pour la magie blanche et une haine des cours de sport. Quand le copain d’une compagne de classe se suicide, tout le monde souhaite que Kim s’exprime, s’extériorise. Mais Kim est renfermée, sauf avec Mlle Archer, la prof de théâtre. En nous ouvrant le journal intime de leur personnage principal, les cousines Tamaki nous donnent accès à son univers selon ses conditions à elle. Jamais explicite, Kim écrit ce qu’elle voudrait être, davantage que ce qu’elle est, peut-être parce qu’elle ne le sait pas encore. Ce n’est qu’au détour d’une phrase raturée, ou d’une de ces illustrations qui observent plus qu’elles ne montrent, que l’on peut comprendre ce qu’elle ressent. Un superbe rendu des affres de l’adolescence avec ses tsunamis émotionnels.

Publicité