Come back: Junk (t. 1)

0

Un groupe d’anciens braqueurs de banque se réunit pour un coup qui s’annonce fumant. C’était sans compter l’usure du temps qui mine chacun d’entre eux et, surtout, l’esprit de vengeance qui anime Hank, l’instigateur de la mission. Dans la foulée des Deadwood et autres 3:10 to Yuma, Junk représente un western contemporain élaboré dans la plus pure tradition. Le scénario de Pothier respecte tous les codes du genre et nous entraîne dans la psyché sombre des personnages. Les dessins de Brüno, comme toujours, sont un mélange d’évidence et de détails infimes rendus plus justes encore par les couleurs aux tons terreux de Laurence Croix. Au final, comme dans tous les westerns, c’est l’imperfection humaine que l’on retient et que l’on est content de voir se manifester.

Publicité