Après la nuit

0

D’emblée, le scénario de cette bande dessinée surpasse tous ceux que j’ai pu lire cette année: Un schéma de western classique poussé à son paroxysme; des personnages typés (le shérif, la pute, l’étranger), d’une richesse extrême, dont on découvre tour à tour le lourd passé. Et les illustrations! Dans l’édition spéciale en noir et blanc parue plus tôt dans l’année, le travail à l’encre de Guérineau était déjà formidable. Avec les couleurs de Hédon, l’album tient du génie! Tout y est pensé, chaque détail réfléchi. Comme si le neuvième art venait nous rappeler tout son pouvoir. Celui de raconter une histoire, case par case, en ne se fiant qu’au dynamisme des images pour nous faire comprendre le mouvement et les sons, des mouches qui volent au bruit de sabots que produit le cavalier qui s’approche à l’horizon. La scène d’ouverture à elle seule mérite le détour!

Publicité