À Kyôto

4

Tout a commencé avec Kyôto-Béziers (nouvelle éditions chez Six pieds sous terre, 42,95 $). Deux amis décident de correspondre. L’un part au Japon étudier le nô tandis que l’autre reste à demeure en Belgique, près de la plage, avec sa famille. Ils s’envoient des lettres dessinées, où le trait libre vagabonde et respire. Puis, vient l’envie d’un second album, de retourner au Japon à deux, avec une envie narrative bien précise ; or, rien de tout cela ne se produit : ils ont continué à vagabonder, mêlant légendes anciennes et spontanéité du quotidien, errant, contemplatifs, dans cette altérité. La neige, la vapeur, la foule, l’urbanité ou le sacré ; les contextes alternent avec la même joie de la découverte. Les images, gorgées d’eau, floues et détaillées, irradient d’une incroyable beauté. Et la couleur vient s’installer comme un songe.

Publicité