Péchés capitaux : quand succombe la littérature

    8

    Nous l’avouons : la lecture est notre petit péché mignon à la revue Les libraires. Heureusement, il s’agit d’un péché inoffensif (bien qu’il ait le pouvoir non anodin de combattre la bêtise, mais ça, c’est une autre histoire). Qu’en est-il, cela dit, des sept  fameux péchés capitaux? Force est d’admettre qu’ils se glissent plus souvent qu’il n’y paraît dans nos lectures… pour notre plus grand plaisir! Eh oui : si le pécheur se repent, le lecteur, lui, en reprend!

    Illustration: Benoit Tardif, colagene.com

    Dans ce dossier

    Orgueil : Brigitte Haentjens, Richard III Le monarque égoïste

    C’est au Richard III de William Shakespeare, pièce traitant de ce souverain qui a écarté ses deux neveux pour régner en seul maître et qui a commis les pires barbaries, que nous avons réservé le péché d’orgueil. « Orgueil, certes. Ivresse de soi », précise Brigitte Haentjens, la metteure en scène qui a réuni vingt acteurs qui monteront du 10 mars au 4 avril prochains sur la scène du TNM pour représenter la cour de Richard, duc de Gloucester.

    Luxure : Jocelyne Robert, redonner ses lettres de noblesse au plaisir

    La sexologue Jocelyne Robert se souvient très bien du Petit catéchisme de son enfance et de ses sept capitaux péchés, parmi lesquels figurait l’impureté, qu’on appelle plus communément aujourd’hui la luxure. Or, quelle que soit la terminologie, l’auteure derrière Le sexe en mal d’amour et Full sexuel n’a pas l’intention d’en démordre : la recherche des plaisirs sexuels n’a rien d’un péché.

    Colère : Patrick Senécal, écrire à l’encre noire

    Les personnages de Patrick Senécal connaissent bien la colère. Souvent animés par un désir de vengeance à vous glacer d’effroi, ils se laissent dévorer par cette bête intérieure qui sommeille dans les profondeurs de la nature humaine, une bête prête à mordre n’importe quoi pour calmer sa faim. Colère, quand tu tiens ta proie...

    Gourmandise : ces images qui font saliver

    Parce que la gourmandise est un péché d’abord attisé par la vue des aliments et parce que les livres de recettes sont bien souvent choisis en fonction de l’allure décadente et appétissante de leur iconographie, nous avons demandé à deux photographes experts du domaine, André Noël (Citron) et Dominique Lafond (Soupesoup), de nous dévoiler comment ils croquent ces clichés.

    Paresse : En quoi est-il important de vaincre la paresse intellectuelle?

    On raconte qu’en Mai 68 le général de Gaulle a interpellé un jeune manifestant pour connaître le but de sa révolte. En guise de réponse, le jeune aurait pointé un slogan griffonné sur un mur : « Mort aux cons! » De Gaulle, impassible, aurait eu cette répartie : « Vaste programme. » Il y a des combats dont on sait d’avance qu’ils sont perdus, mais auxquels on ne saurait pour autant renoncer. Peut-on vaincre la paresse intellectuelle? J’en doute. Doit-on renoncer à la combattre? Sûrement pas.

    Publicité