Le Québec se livre

    4

    Aussi loin que l’on puisse remonter, on constate que la littérature québécoise a pris son essor dans les régions, et ce, depuis les tout premiers textes publiés. Victor-Lévy Beaulieu le dit avec à-propos : « Le Bas-du-Fleuve a inventé la littérature québécoise! » À preuve, le premier roman québécois, L’influence d’un livre, y a pris forme sous la plume inventive du jeune Philippe Aubert de Gaspé fils, élevé à Saint-Jean-Port-Joli. Grand nombre de figures majeures des lettres québécoises sont associées à cette région, du Lévisien Louis Fréchette au poète Émile Nelligan, qui se rendait, chaque été, sur les berges de Cacouna. De nos jours, outre le Bas-du-Fleuve, plusieurs régions s’activent à créer une littérature audacieuse, tantôt imprégnée par ce qu’elles représentent, tantôt marquée par l’ailleurs. Le libraire a ainsi choisi de donner la parole à ces auteurs et éditeurs qui travaillent loin de la vie culturelle de Montréal ou de Québec, et a découvert une voix aux mille accents, une voix aussi colorée que les paysages de notre province.

    Dans ce dossier

    L’édition aux quatre vents

    Qu’il soit effectué à Saint-Alphonse-de-Granby ou sur la rue Sainte-Catherine, le travail d’édition reste similaire : un éditeur, son auteur, un exercice de création et de collaboration. Pour ces éditeurs basés loin des pôles culturels prédominants que sont Montréal et Québec, il existe des avantages qui prévalent largement contre le brouhaha de la grande ville. Promenade sur le territoire québécois pour en découvrir les richesses éditoriales.

    Les auteurs: ces citoyens du monde

    Qu’il habite sur le Plateau ou dans un rang de campagne, ce drôle d’animal solitaire qu’est l’écrivain demeure désormais, grâce à Internet, à quelques clics de son éditeur et de ses lecteurs. Voici quelques membres de cette belle communauté culturelle qui se partagent les 1 667 441 km2 d’un seul et même village global: le Québec.

    Le Québec se livre: le Gatineau d’Iris Boudreau

    C’est l’histoire de Justine, une orpheline qui débarque dans une ville anonyme parmi les zonards et les paumés. C’est aussi l’histoire d’Iris, son illustratrice originaire de Hull, qui invente des villes fantômes inspirées d’un univers qu’elle connaît bien, celui de Pointe-Gatineau.

    Le Québec se livre :L’Abitibi de Lucie Lachapelle

    L’auteure et documentariste Lucie Lachapelle contribue depuis des années à faire connaître l’Abitibi dans ses œuvres. Dans Rivière Mékiskan, l’écrivaine donne la parole au peuple de Senneterre.

    Publicité