La traduction : déchiffrer le monde

    4

    De la pierre de Rosette aux sous-titres d’un film étranger, l’histoire de la traduction foisonne de détails intéressants et, surtout, d’intervenants passionnés. Dans les pages qui suivent, nous sortons de l’ombre des traductrices et éditrices afin qu’elles vous dévoilent les dessous de leur métier. S’ouvrir à l’ailleurs, partager une culture universelle, voyager par le biais de mots : autant de façons d’enrichir à la fois notre littérature et notre regard sur le monde.

    Par Alexandra Mignault et Josée-Anne Paradis

    Dans ce dossier

    Sheila Fischman : Apaiser les solitudes

    Aujourd’hui, qu’on soit un francophone de Matane ou un anglophone de Whitehorse, on peut se laisser séduire par la prose de Jacques Poulin, Marie-Claire Blais ou Larry Tremblay. Et si les plus grands auteurs québécois ont traversé les frontières, c’est beaucoup grâce à la passion d’une femme, la grande – très grande! – Sheila Fischman.

    Véronique Cardi : Tour du monde avec escales

    Jeune, joviale, professionnelle et bourrée d’intuition, Véronique Cardi, directrice littéraire de la maison d’édition française Les Escales, dévoile les dessous de la traduction dans le milieu éditorial. Sa ligne directrice? Faire voyager ses lecteurs en misant sur les auteurs de demain.

    Sylvie Roberge : La sorcière aux 1001 mots

    En traduisant les albums jeunesse et les mini romans des aventures de Winnie, cette sorcière plus loufoque que terrifiante, Sylvie Roberge, auteure ainsi que directrice littéraire et artistique chez Dominique et compagnie, prouve que sa magie à elle, c’est assurément de savoir faire danser les mots entre les images colorées.

    Lori Saint-Martin : Jouer avec les mots

    Sa feuille de route impressionne : professeure à l’UQAM, chercheuse, essayiste, traductrice et écrivaine. Même si Lori Saint-Martin jongle avec plus d’un métier, toutes ces professions partagent un même terrain de jeu : la langue.

    Brigitte Bouchard : Par une nuit d’hiver, une voyageuse…

    Brigitte Bouchard est une voyageuse. Surtout connue pour le riche catalogue qu’elle a construit, livre après livre, à la maison d’édition Les Allusifs, elle poursuit dorénavant l’aventure sous la bannière Notabilia. Portrait d’une éditrice qui braque ses projecteurs sur l’ailleurs.

    Publicité