Dossier BD

    8

    Longtemps considérée comme un sousgenre de la littérature, la bande dessinée est tranquillement parvenue à s’affranchir des préjugés qui voulaient la réduire à une lecture facile et sans noblesse. Le temps et le talent ont fait leur OEuvre et, aujourd’hui, on trouve sur les rayons des albums remarquables, au pouvoir exceptionnel. En effet, la bande dessinée a cette capacité fabuleuse d’accrocher les lecteurs farouches, de raconter en peu de mots des histoires merveilleuses et pourtant complexes, bref de tirer le meilleur du texte et de l’image. Vous êtes prêts? Un, deux, trois… BD!

    Dans ce dossier

    Fred: Dernier appel pour les passagers du train où vont les choses

    Après de longues vacances qui auront duré vingt-six ans, Philémon retrouve monsieur Barthélémy et l’oncle Félicien pour une ultime escapade dans l’imaginaire éclaté de Fred. Ce seizième tome sera en effet le dernier tour de piste du sympathique personnage au pull rayé bleu et blanc, car son créateur ne peut plus dessiner… ce qui n’a pas été sans poser problème lorsqu’est venu le moment de clore cet album final. Heureusement, rien ne peut empêcher Le train où vont les choses d’aller où il doit aller.

    Réal Godbout: De Ketchup à Kafka

    Après plus de sept années de travail, le dessinateur et coscénariste des « Red Ketchup », Réal Godbout, dévoile enfin son adaptation en bande dessinée du premier roman de Franz Kafka, L’Amérique (au départ appelé Le disparu). Si l’œuvre originale est demeurée inachevée, il en va tout autrement du roman graphique de Godbout. Le bédéiste confirme avec cet album abouti qu’il est un artiste accompli. Cap sur L’Amérique, là où le talent n’a visiblement pas disparu.

    Arthur De Pins: En avant, marche!

    Encore en deuil du génial triptyque La marche du crabe, dont l’ultime tome est paru en début d’année, nous constatons que le bédéiste Arthur de Pins ne nous aura pas délaissés trop longtemps. En effet, les premières pages du troisième tome de sa non moins géniale série « Zombillénium » ont commencé à circuler dans le Journal de Spirou, pour notre plus grand bonheur. Rencontre avec un auteur et dessinateur éminemment sympathique dont le talent et la diversité ne cessent de nous étonner.

    La savoureuse colère de Julie Rocheleau

    On a pu apprécier son coup de crayon dans La fille invisible, touchante histoire sur l’anorexie publiée par Glénat Québec, qui a d’ailleurs remporté le prix Réal-Fillion (décerné au meilleur premier album) en 2011. Aujourd’hui, c’est avec un réel plaisir qu’on la retrouve dans une toute nouvelle série intitulée « La colère de Fantômas », chez Dargaud. Avec son scénariste, l’écrivain français Olivier Bocquet (Turpitudes), la Québécoise Julie Rocheleau redonne vie au célèbre prince de l’effroi avec brio.

    Le Québec a la tête dans les bulles

    Ces dernières années, la production de bandes dessinées québécoises a tout simplement explosé, alors que se sont multipliées les maisons d’édition et les librairies spécialisées. La BD aux accents bleu et blanc respire aujourd’hui à pleins poumons, et force est d’admettre qu’elle fait finalement ses preuves sur un marché qu’on a longtemps cru perdu d’avance. Coup d’œil sur ce petit miracle dessiné.

    Publicité