Elles écrivent au meurtre

5
L'Angleterre fut le creuset des grands noms de la littérature policière de déduction au féminin. Celles que l'on surnommait justement « les reines du crime » s'appelaient alors Agatha Christie, Patricia Highsmith, Ruth Rendell ou P.D. James. Toutefois, ailleurs dans le monde et ce il y quinze ans à peine, les femmes étaient nettement moins attirées par le roman policier. Ce n'est plus le cas aujourd'hui puisque des écrivaines investissent férocement le genre. Déjà maîtres du polar historique et du suspense psychologique, elles s'attaquent désormais aux derniers bastions mâles : les romans noirs, les « detective stories » et les thrillers violents. Les Carol O'Connor, Sue Grafton, Patricia Cornwell, Janet Evanovitch, Brigitte Aubert, Alexandra Marinina, Elisabeth George, Martha Grimes, Val McDermid, Charlotte Carter, Abigaïl Padgett, Kate Selby, Minette Walters, Judith Kellman, Ingrid Noll et Donna Leon ont toutes contribué à donner un souffle nouveau au roman policier. Voici quelques découvertes intriguantes parmi cette pléiade d'auteures qui manient plume et pistolet avec tout autant d'adresse.

Silence à Hanover Close. Rien de mieux que les romans d’Anne Perry pour découvrir les dessous de l’Angleterre victorienne. Cette fois, Charlotte, son mari l’inspecteur Pitt et sa sœur Emily affrontent un mur de convenance pour découvrir l’identité de la mystérieuse espionne Cerise, femme de mauvaise vie ou femme du monde pervertie qui a assisté au meurtre d’un membre du Forreign Office ou l’a perpétré. Délicieux et pervers !

Les oiseaux de Rhiannon. Septième livre d’une série consacrée à Galeran de Lesneven, chevalier breton dont la réputation de résoudre les énigmes nous fait découvrir la France médiévale, ce roman de Viviane Moore nous plonge à l’époque des Cathares, qui se proclamaient « parfaits » alors que le reste du monde était la proie du diable. Galeran devra cette fois se battre contre des pillards sanguinaires et découvrir un assassin qui signe ses meurtres avec des fleurs. Une série historique captivante qui se bonifie de livre en livre.

Sauf pour la mort. L’Anglaise émigrée au Canada Maureen Jennings nous fait découvrir le Toronto de la fin du XIXe siècle, une société aux classes sociales exacerbées où les riches bourgeois côtoient de jeunes enfants crieurs de journaux qui luttent pour survivre du froid de février. L’inspecteur William Murdoch doit briser les barrières de silence et de méfiance des deux cotés pour résoudre un meurtre sordide. Premier livre d’une série qui promet.

Piège de soie. Julie Parsons, cette Irlandaise qui avait publié le remarquable En mémoire de Mary, nous revient avec une intrigue qui semble classique au premier abord mais qui se développe de façon très surprenante. Une entomologiste, après avoir perdu son mari d’étrange façon, rencontre un homme au rituel amoureux très particulier qu’on retrouve chez certains insectes… Un thriller noir, fascinant et intelligent.

Route amère. Trois paumés amis de circonstance décident de partir en week-end faire une virée dans une vieille Pontiac avec une bonne dose d’alcool et de joints pour se réchauffer du froid hivernal. Trois étudiantes partent au même moment en Camaro pour s’éclater dans un petit bled perdu ou l’on trouve un bar country et des « vrais mecs ». Le hasard les fait se rencontrer dans un camping abandonné. Débute alors une nuit éprouvante où apparaissent de vieux démons et dont personne ne sortira indemne. Bon roman noir dans la meilleure tradition américaine, par Elizabeth Engstrom.

Donato père et fille. Publié en 88 aux États-Unis, ce roman de Sandra Scoppettone met en scène deux policiers new-yorkais, un père et sa fille, Donato et Sandra. Lieutenant, Sandra est chargée de résoudre une série de crimes rituels qui ciblent des religieuses catholiques. Elle fait appel à Donato, son père et subordonné, avec qui elle a une relation amour/haine. Comme ils sont plus têtus l’un que l’autre, cette collaboration risque à tout moment d’éclater. En cherchant l’assassin, c’est à eux-mêmes qu’ils se dévoileront. Un polar dur et complexe.

Il y aussi les Mary Higgins Clark, Patricia MacDonald et Cie qui écrivent des best-sellers à répétition. Malheureusement, ces thrillers sont parfois redondants et les intrigues souvent cousues de (gros) fil blanc. Du suspense, oui, mais peu d’imagination ! Et puis le choix est tellement grand ; pourquoi ne pas sortir des sentiers battus…

***

Silence à Hanover Close, Anne Perry, 10/18
Les oiseaux de Rhiannon, Viviane Moore, Masque
Sauf pour la mort, Maureen Jennings, Masque
Piège de soie, Julie Parsons, Calmann-Lévy
En mémoire de Mary, Julie Parsons, Livre de Poche
Route amère, Eliaabeth Engstrom, Masque
Donato, père et fille, Sandra Scoppettone, Fleuve Noir

Publicité