Quelques nouveautés à mettre dans sa poche

26

Un fakir qui voyage dans un meuble Ikea, un bébé parfait né le même jour qu'Hitler, un écrivain qui se convertit en plombier, le cheminement houleux d'un homosexuel qui tente de s'affranchir, la biographie de l’homme qui sauva les États-Unis, l’épopée de la première médecin canadienne-française : voici ci-dessous présentées vingt histoires éditées en petits formats et à petit prix!

Max
Sarah Cohen-Scali (Gallimard)

Max, bébé parfait, né le même jour qu’Hitler, est un poupon créé par un programme mis en place par le régime nazi, où des couples choisis doivent perpétuer la race aryenne. Max, c’est celui qu’on élèvera comme le modèle à suivre. Mais, au fond, est-il bon, méchant, ou seulement éduqué ainsi? Cette fable historique, coup-de-poing et audacieuse, fut lauréate du Prix Sorcières et du Prix des libraires du Québec. Dès 15 ans

La petite communiste qui ne souriait jamais
Lola Lafon (Babel)

Sans être la biographie exhaustive de Nadia Comaneci, gymnaste roumaine qui a épaté les foules aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, ce roman à l’écriture délicate relate son histoire : la tyrannie des corps et de la performance qu’elle a subie, son podium, mais aussi son retour en Roumanie, son idylle forcée, sa fuite quasi impossible. Avec comme toile de fond la dure réalité de la République socialiste de Roumanie, ce roman nous ébranle, nous épate. 

L’échange des princesses
Chantal Thomas (Points)

Le mariage croisé de deux enfants peut-il suffire à mettre fin à la guerre? Quand la petite princesse espagnole de 4 ans arrive à la cour parisienne, et que la jeune fille du régent de France se retrouve promise à l’héritier du trône d’Espagne, l’échiquier se met en place. Or, manipuler des humains, c’est un peu plus compliqué que déplacer de simples pions. Un roman grandiose qui s’est taillé une place dans la sélection du Goncourt 2013 et dans la liste préliminaire du Prix des libraires du Québec 2014.

La tendresse attendra 
Matthieu Simard (10sur10) 

Un style ironique, des dialogues intelligents, une sensibilité à fleur de peau : Matthieu Simard est le genre d’auteur qui émeut les lecteurs sans être quétaine. Un gars se fait laisser par sa blonde. Pour se racheter, il délaisse son métier d’écrivain – qu’elle détestait – pour… la plomberie. Avec ce récit d’un amoureux fou qui doit faire son deuil, il propose un discours actuel sur la vie et l’amour, la solitude et les petits drames personnels.

Soutien-gorge rose et veston noir
Rafaële Germain (10sur10)

Trois amis décident, ensemble, de rester célibataires. Déterminée, Chloé le sera au début, du moins jusqu’à ce qu’elle décide finalement de chercher le grand Amour. Un peu rigolo, juste assez cru et suffisamment touchant, ce roman de chick lit a déjà ravi plusieurs milliers d’adeptes. Volte-face et malaises et Gin tonic et concombre, les deux romans suivants – sans être une suite – de l’auteure, paraissent également en format poche.

En finir avec Eddy Bellegueule
Édouard Louis (Points)

Déjà 200 000 lecteurs se sont plongés dans le récit autofictif d’un jeune homme ostracisé, ridiculisé par ses proches et intimidé par sa famille en raison de son orientation sexuelle. Son cheminement, parsemé d’angoisses, de paroles incendiaires qui firent naître en lui une colère tue trop longtemps, transporte le lecteur jusqu’à la naissance d’un écrivain confirmé, qui n’avait le choix que de partir de son milieu, ou d’y mourir.  

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea
Romain Puértolas (Le Livre de Poche)

Prenez un fakir et transposez-le en France, dans un magasin de meubles suédois très couru. Faites-lui faire quelques tours de passe-passe, pour mystifier les employés, et cachez-le dans une armoire. Voilà, il ne vous reste plus, le lendemain, qu’à l’expédier par inadvertance. Il est rigolo, le tout premier roman de Romain Puértolas, c’est le moins qu’on puisse dire! Or, derrière ce sympathique délire se cache également une fable savoureuse.

Lincoln. L’homme qui sauva les États-Unis
Bernard Vincent (Archipoche)

Cela fait 150 ans que le père de la nation américain a été assassiné et pourtant le personnage ne cesse de fasciner. Et pour cause : Lincoln aura accompli de grandes choses, depuis son enfance très modeste jusqu’à l’adoption du célèbre treizième amendement, qui a aboli l’esclavage. Écrite par un spécialiste de l’histoire américaine, cette biographie est un portrait très juste et humain de « l’homme qui sauva les États-Unis » de la guerre civile.

Et soudain tout change
Gilles Legardinier (Pocket)

Le décalage entre les histoires de l’auteur et leur présentation est fascinant. Coincé entre une couverture jaune criard doublée d’un chaton et un résumé un peu enfantin, on découvre (surprise!) un récit puissant qui promène les lecteurs des rires aux larmes, avec un naturel déconcertant. Et soudain tout change est une saisissante histoire d’amitié, de la trempe de celle qui surmonte tout.

Il faut beaucoup aimer les hommes
Marie Darrieussecq (Folio)

La jeune Solange a fait un bout de chemin depuis Clèves. La voilà actrice à Hollywood. La voilà amoureuse. Elle est blanche, lui noir. Alors qu’il part tourner le film de sa vie en Afrique, elle se retrouve plongée dans l’attente. Arriveront-ils à surmonter les clichés, ceux associés à leur couleur de peau, mais aussi à la relation homme-femme? Couronnée du prix Médicis en 2013, cette histoire d’amour ensorcelle. 

Journal
Marie Uguay (Boréal compact)

Emportée par le cancer à 26 ans, en 1981, Marie Uguay aura assurément laissé sa trace, cette indélébile voix, dans l’histoire de la poésie québécoise. Dans ses vers, Uguay avait une plume sensuelle et lumineuse qui s’attardait à la beauté des choses; dans son journal, c’est une femme intelligente, destructrice et dévastée, amoureuse et inquiète de son corps, que l’on découvre. Une soif de vivre qui émeut.

Quand j’parl’ pour parler
Jean Narrache, Typo, 272 p., 16,95$

Jean Coderre et son écriture classique, Jean Narrache et sa prose revendicatrice : deux facettes d’un homme qui aura marqué notre paysage linguistique comme nul autre pareil. Cette anthologie, qui comprend une pertinente introduction de plus de cinquante pages signée Richard Foisy, où l’on découvre les débuts – en poésie, en prose, à la radio et comme pharmacien – et les influences de l’auteur, dévoile dans toute sa splendeur la force de la plume poétique, critique et humoristique d’un grand.

Le monde jusqu’à hier
Jared Diamond, Folio, 768 p., 19,95$

Et si la technologie nous éloignait de l’essentiel? Jared Diamond, sans tomber dans la thèse du « bon sauvage », soulève les différences entre sociétés occidentales et traditionnelles (trente-neuf, de cinq continents, sont ici examinées). Rapport aux ennemis, aux conflits, aux dangers, place de la religion et des aînés, diversité de langues et importance de la santé : les sociétés traditionnelles ont peut-être quelque chose à nous apprendre. Écoutons-les, juste un instant…

Quand l’intuition trace la route
Danièle Henkel (La Presse)

La femme de tête, posée et précise, qu’est Danièle Henkel dans l’émission Dans l’œil du dragon dévoile dans son autobiographie une autre facette d’elle-même. Son histoire familiale multiculturelle, son mariage forcé, ses débuts pour gravir les échelons, son amour immense pour sa mère. Un récit de détermination, de courage et de bonté à découvrir en guise de premier titre dans la nouvelle collection de poches des éditions La Presse.

Laure Clouet
Adrienne Choquette (BQ)

Publié en 1961, ce court roman offre un portrait de la bourgeoisie québécoise des années 50, d’une société en mutation encastrée entre la Grande Noirceur et la Révolution tranquille. L’œuvre, qualifiée de chef-d’œuvre à sa sortie, était tombée dans l’oubli, mais grâce au travail remarque de mise en contexte de BQ, elle s’ouvre au lecteur contemporain avec une nouvelle force.

Les Suites pour violoncelle seul
Eric Siblin (trad. Robert Melançon) (Biblio Fides)

La création des Six suites pour violoncelle seul de Bach est auréolée de mystère. Cela a donné envie au critique musical montréalais de recoller les morceaux de la vie du prodige pour tenter de trouver un contexte à ces compositions exceptionnelles. Véritable phénomène littéraire qui a conquis les lecteurs anglais, ce roman à la fois biographique et musical est tout simplement captivant!

Pour quelques milliards et une roupie
Vikas Swarup (trad. Roxane Azimi) (10/18) 

Un milliardaire inconnu propose à la jeune et impécunieuse Sapna un jeu : réussir sept épreuves pour remporter sa fortune. Dans une Inde pauvre et corrompue, foisonnant de personnages hauts en couleur, l’auteur du roman dont a été tiré le film Slumdog millionnaire revient avec un conte de fées contemporain, où les qualités brutes sont garantes du succès.

La louve blanche. Docteur Irma (T. 1)
Pauline Gill (Nomades) 

C’est un portrait romancé, certes, d’Irma LeVasseur que trace Pauline Gill, mais les faits demeurent et c’est avec grand plaisir que nous découvrons la vie de cette femme exemplaire, qui fut la première médecin canadienne-française. Pour notre plus grand bonheur, la toute nouvelle collection Nomades fait paraître les trois tomes de la saga simultanément. 

Un parfum de cèdre
Ann-Marie MacDonald (trad. L. Saint-Martin et P. Gagné) (Flammarion Québec) 

Une fresque historique qui nous transporte entre 1898 à 1950, alors que l’on suit un père et ses quatre filles adorées – quatre filles différentes, mais qui ont en commun le chant – à travers leur périple. Du Cap-Breton et son air salin au New York et son jazz envoûtant, c’est à un destin mouvementé que nous convie l’auteure canadienne.

Forêt contraire
Hélène Frédérick (Héliotrope)

C’est un roman d’ambiance, une histoire de fuite, un récit de retour aux sources. La protagoniste, qui a un cruel besoin de quitter Paris, rejoint le chalet familial, laissé à l’abandon et à ses secrets, dans la forêt d’Inverness, au Québec. Jeux de miroirs, rencontre avec un voisin, souvenirs douloureux… La question qui hante ce roman, finaliste au Prix des libraires 2014 : peut-on vraiment s’isoler de soi?

 

Publicité