Impossible de nommer toutes les innovations qui ont eu cours durant les derniers mois afin de faire frissonner la fibre littéraire de chacun. On braque néanmoins les projecteurs sur d’autres projets porteurs, tout en vous enjoignant d’aller fureter çà et là en ligne pour découvrir toute la richesse des propositions!

Le Salon du livre des Premières Nations en mode balado
Vous n’avez dorénavant plus aucune raison de ne pas vous intéresser à la littérature autochtone, car, grâce au Salon du livre des Premières Nations entièrement en numérique cette année, la découverte est à vos portes, à la fois sur vos écrans ou dans vos oreilles, et ce, où que vous soyez. Bien que la totalité de la programmation soit riche et invitante, on vous invite à découvrir particulièrement leurs deux séries de balados : « Balados littéraires du Salon », à saveur agréablement didactique, et « Lire en relation ». On découvre dans la première des entretiens où il est question — chaque sujet a son balado — du corps, de l’imaginaire, de la transmission et de la bispiritualité, notamment, avec des auteurs incontournables tels que Virginia Pésémapéo Bordeleau, Émilie Monnet, Jean Sioui, Yolande Okia Picard, Joséphine Bacon, J. D. Kurtness, Louis-Karl Picard-Sioui, Diane Obomsawin et Darrel McLeod. Dans la seconde, on explore notamment les sujets de l’enseignement des littératures autochtones en contexte colonial, ainsi que la traduction des littératures autochtones. Il y en a pour tous les goûts et pour briser toutes les frontières.

Tous les épisodes de ces balados sont disponibles sur le site Web de Kwahiatonhk (kwahiatonhk.com)

 

Docteur, j’ai besoin d’une prescription littéraire!
Vous êtes un éternel insatiable devant les propositions de lectures? Vous faire conseiller des ouvrages vous comble de bonheur? Votre meilleur ami est un libraire et vous ne lui laissez aucun répit? Il vous faut absolument suivre #lireenchoeur sur Facebook, une initiative de l’Association des libraires du Québec lancée en mars afin d’apaiser l’isolement causé par le confinement. Chaque jour, à 15h, des auteurs, des libraires et des personnalités publiques nous présentent leurs « prescriptions littéraires ». Ainsi, nous découvrons les livres qui ont fait craquer nos libraires indépendants, mais également Queen Ka, Simon Boulerice, François Legault, Mado Lamotte, Lorrie Jean-Louis, Magalie Lépine-Blondeau, Patrice Godin et bien d’autres. À réécouter sur Facebook lorsque le cœur vous en dit!

#lireenchoeur

 

L’épistolaire : le magazine Web des Correspondances d’Eastman
Les Correspondances d’Eastman ont créé L’épistolaire, un magazine Web qui souhaite garder vivante cette précieuse relation qui s’est bâtie au cours des ans entre l’événement estival et les lecteurs. Le premier numéro pose un regard sur la définition même du genre de la correspondance, remontant jusqu’au Moyen Âge et à l’Antiquité, pour en pister les traces. L’auteur Biz signe une chronique sur le sujet, tandis que la poète et romancière Hélène Dorion livre avec un angle personnel son attachement au genre. Jacques Allard, le président fondateur des Correspondances d’Eastman, retourne dans le temps pour évoquer ce qui constitua, il y a dix-huit ans, la bougie d’allumage qui aboutit à la toute première édition de l’événement. Le magazine contient encore d’autres articles, dont celui de Simon Boulerice qui écrit, parlant des lettres touchantes qu’il recueille de ses lecteurs, que de « recevoir de l’amour par la poste sera toujours un atout ». Est également publiée dans ce premier numéro de L’épistolaire la lettre gagnante du populaire Concours de l’Interlettre 2020, écrite par Danielle Descheneaux.

À  lire à lescorrespondances.ca/l-epistolaire

 

La cuisine de Farida : faire la popote avec un écrivain, pourquoi pas?
Présentée dans le cadre du programme Canada en prestation du Centre national des arts, mais aussi dans la programmation virtuelle du Salon du livre du Grand Sudbury, « La cuisine de Farida » est une captation vidéo qui a eu lieu en mai et qui permet à la fois de découvrir le roman Farida (Éditions David) de Monia Mazigh ainsi qu’une recette de briks tunisienne, que l’auteure exécute pour nous aider à la réaliser ensuite chacun chez nous. Nous assistons d’abord à la lecture d’un extrait qui nous positionne immédiatement dans l’ambiance, puis hop! on plonge dans les casseroles. Une petite curiosité à découvrir sur la page Facebook de l’auteure lorsque vous aurez envie de diversité dans votre assiette!

Facebook de Monia Mazigh

 

Parler d’argent en temps de pandémie
Au Québec, l’amélioration de la littératie financière est un enjeu de taille. L’argent, qu’il soit tabou ou non, on n’en parle pas assez. Le Salon du livre de Montréal a proposé en novembre dernier une discussion, animée par Annick Kwetcheu Gamo, entre Fabien Major (Petits secrets et gros mensonges de votre banquier; Spécial retraite : 99 trucs pour s’enrichir) et Jean-Sébastien Pilotte (La retraite à 40 ans), qui partageaient leur vision des finances personnelles tout en donnant des trucs afin de gérer sainement un portefeuille, notamment en temps de pandémie. Oh, et tant qu’à vous trouver sur le site du Salon du livre de Montréal, jetez un œil à l’enrichissante rencontre entre Lili Boisvert, Héloïse Côté et Valérie Harvey, animée par Ariane Gélinas, qui s’intitule « Réinventer la fantasy au féminin »!

salondulivredemontreal.com/videos

Publicité