Québec, reine de beauté

6

Les charmes de la ville mère de l’Amérique française n’ont plus besoin de présentation. Du cap Diamant au plaines d’Abraham, du château Frontenac à l’église Notre-Dame-des-Victoires, de Bonhomme Carnaval au Festival d’été, de Place-Royale en passant par la Grande Allée, le Petit-Champlain, le domaine de Maizerets, les chutes Montmorency, le Musée de la civilisation, les antiquaires du Vieux-Port et la vue imprenable de l’Astral, Québec regorge d’emblèmes inoubliables, connus internationalement, qui attirent des tonnes de touristes et font la fierté de ses habitants.

Celle qui doit son surnom de «Vieille Capitale» au fait qu’elle fut la première agglomération du Bas-Canada n’a pas pris une ride depuis ce 3 juillet 1608 où Samuel de Champlain y établit un premier comptoir de traite des fourrures. Jeune de cœur, Québec, seule ville fortifiée au nord du Mexique, éblouit pour ses 400 ans. Curieux d’en (re)découvrir les merveilles architecturales, gastronomiques, culturelles, religieuses et naturelles? La sixième édition du guide Ville de Québec (Ulysse, 208 p., 24,95$), maintenant offert dans un format plus facile à manipuler, se démarque par son excellence. Précision, concision, exhaustivité sont quelques-unes des qualités de cet ouvrage de référence qui intègre, sur un ton sympathique, moult notions d’histoire à onze parcours touristiques. Un vrai bon guide de terrain, qui s’adresse tant au voyageur solitaire qu’aux familles et privilégie, au détriment d’une iconographie somme toute accessoire, un maximum d’informations sur tout ce qu’il faut faire, voir et entendre dans «cette cité enchanteresse au site exceptionnel».

Un grand week-end à Québec (Hachette, 128 p., 18,95$), quant à lui, est d’une tout autre facture. L’accent est mis sur le plaisir; comme le titre l’indique, le voyageur n’a qu’une fin de semaine pour s’imprégner de la ville. Rédigé par une équipe française, il propose neuf plaisantes attractions et activités incontournables: lieux, restaurants, sorties en boîte, magasinage. Avec ses quelque 300 bonnes adresses recensées, autant de photos et d’illustrations en couleurs et un plan de la ville dépliable, ce guide, agréable à l’œil mais distillant certaines incongruités (on ne dit pas «fêt’ nat’» pour la Saint-Jean-Baptiste!), fera parfaitement l’affaire du touriste européen qui a envie de bien s’amuser.

Enfin, ce n’est pas sans raison que le Vieux-Québec, cerné de ses remparts magnifiques, fait partie du patrimoine mondial depuis 1985. Quoique couvrant à peine 5% de la superficie de toute la ville, ce quartier historique abrite pas moins de 120 sites. Le Vieux-Québec à pied (Les heures bleues, 112 p., 12$) suggère sept circuits pédestres auxquels on en ajoute six thématiques (religieux, militaire, artistique, etc.), réalisables en un, deux ou trois jours, et sur lesquels l’on croise monuments, musées, statues, maisons, parcs, églises, places, rues et autre édifices importants. Aucun recoin n’est oublié et les sites sont amplement détaillés. Une amusante façon de flâner en se mettant au parfum… de l’histoire!

Publicité