Dis-moi ce que tu manges…

5
… et je te dirai ce que tu es. Le fameux aphorisme du gastronome français Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826), transformable à toutes les sauces («dis-moi qui tu fréquentes», «dis-moi ce que tu lis»), n'est jamais aussi signifiant que dans sa version originale. Surtout lorsque la corrélation entre la prévention du cancer et les plaisirs de la table est scientifiquement démontrée.

Fine cuisine et santé de fer
Se nourrir sainement contribue à protéger l’organisme humain de nombreuses maladies. C’est notamment le cas du cancer, ce mal incurable qui ne se soucie ni de la race, ni de l’âge, ni du statut social lorsqu’il choisit ses victimes. Un ouvrage très populaire tel Les Aliments contre le cancer (Trécarré, 2005, plus de 180 000 exemplaires vendus), des docteurs en médecine moléculaire Richard Béliveau et Denis Gingras, aborde de manière simple mais sérieuse certaines facettes de cette maladie que chacun redoute, puis révèle aux lecteurs un secret inestimable : le rôle préventif joué par les agrumes, le curcuma, le soja, les petits fruits, le thé vert ou le chocolat.

Ainsi, après avoir nettement montré les vertus anticancéreuses de plusieurs aliments, les deux vulgarisateurs publient Cuisiner avec les aliments contre le cancer, un livre de recettes qui se présente comme le complément direct de leur premier ouvrage. Construit sur un canevas analogue (facture soignée, abondance de textes et tableaux faciles à interpréter), le livre se divise en trois parties et donne «accès à un savoir précieux qui normalement circule dans le cercle restreint de la recherche et de la santé», selon Gilles Léveillé, directeur général de la Société de recherche sur le cancer.

Dans un premier temps, Béliveau et Gingras dévoilent les plus récentes données à propos du cancer avant de discuter molécules, obésité et alimentation, entre autres sujets chauds. En seconde partie, chaque chapitre est spécifiquement consacré à unaliment aux propriétés préventives. Aux bienfaits du vin rouge, déjà établis, s’ajoutent ceux des algues, des graines de lin et des probiotiques. Enfin, 160 recettes classées selon les grands types de repas (brunchs, mets principaux, salades, bouillons, en-cas, etc.) mettent l’eau à la bouche. Créés par des cuisiniers de la Fondation Serge-Bruyère, ces plats raffinés, inspirés de traditions culinaires souvent très anciennes, comprennent fruits, légumes et épices considérés comme sources de molécules anticancéreuses.

La simplicité a bien meilleur goût
À quelques jours d’intervalle paraissait 200 recettes anti-cancer de Louise Rivard, qui, il y a quelques mois, nous donnait La Bible des salades et La Bible des smoothies (Modus Vivendi). L’auteure, une diplômée des sciences de l’agronomie, s’est associée au Dr Réjean Lapointe, professeur adjoint au Département de médecine de l’Université de Montréal, pour la réalisation de ce livre de recettes. Contrairement à son prédécesseur, l’ouvrage de Rivard et Lapointe se distingue par une approche plus «pratique», c’est-à-dire que le bonheur de cuisiner prime sur les informations de nature médicale. En quelques pages, 200 recettes anti-cancer introduit donc les principaux «alicaments» ou «produit[s] alimentaire[s] procurant une effet positif sur la santé humaine» (crucifère, ail, tomate, oméga-3, etc.), mais de manière concise, sans toutefois omettre l’importance des bonnes habitudes de vie et de l’équilibre alimentaire. Cette approche allant droit à l’essentiel n’est pas dénuée d’attri-buts pesant lourd dans la balance : photos attrayantes et mise en page moderne, recettes faciles à réaliser et convenant à toute la famille, classiques remis au goût du jour. Les marmitons qui préfèrent se consacrer à leurs fourneaux au lieu de saisir les subtilités de l’interaction s’exerçant entre vin rouge et système immunitaire, siège des défenses contre la maladie, trouveront chaussure à leur pied.

En somme, ces deux remarquables publications, l’une plus élaborée du point de vue scientifique et l’autre davantage axée sur l’acte de cuisiner, permettent chacune à leur manière de joindre l’utile à l’agréable. On n’aura jamais vu garde-manger et frigos aussi bons pour la santé!

Bibliographie :
Cuisiner avec les aliments contre le cancer, Richard Béliveau et Denis Gingras, Ph. D., Trécarré, 274 p., 34,95$
200 recettes anti-cancer, Louise Rivard avec la collaboration du Dr Réjean Lapointe, Modus Vivendi, 256 p., 29,95$

Publicité