Vol 459 : bouclez votre ceinture!

71

Vous avez peut-être eu l’occasion de lire le collectif « L’Orphéon », ces cinq romans qui s’entrecroisent et dont l’action se passe dans un seul et même édifice. Signée par Véronique Marcotte, Patrick Senécal, Stéphane Dompierre, Geneviève Janelle et Roxanne Bouchard, cette série promettait. Voilà que les éditions VLB récidivent avec un projet similaire et pour lequel je vous invite à ne pas manquer le bateau – bien qu’en fait, ici, on parle d’un crash d’avion! Cette fois, quatre auteurs nous présentent l’impact d’un écrasement d’avion en mer, de quatre points de vue différents. Si vous voulez bien vous asseoir et attacher votre ceinture, nous allons décoller!

Elle était si jolie
Je m’étais promis de lire du Pierre Szalowski. J’avais de bons commentaires sur ses livres et j’ai donc été ravi de pouvoir commencer par la lecture de son roman. J’ai été vite happé par l’histoire de cet homme qui semble mener une vie tranquille et sans tracas et qui, du jour au lendemain, voit son passé réapparaître. L’écho d’une passion amoureuse parisienne, qui se répercute sur Facebook, bouscule son univers. La culpabilité, lorsqu’il se souvient de cette journée, le rattrape et le ronge. Tout ça, à la suite d’une explosion à Paris… C’est toujours un plaisir de prédire ce qui va suivre et d’être berné chaque fois! J’ai dévoré ce roman haletant qui se lit presque d’une traite.

Fleur de cerisier
Changement de registre radical avec Aline Apostolska, qui nous propose un suspense intimiste, au rythme un peu plus lent, un récit qui nous attend au détour avec de surprenants revirements de situation. Mark Nguyen, à la mort de sa mère adoptive, tente d’en savoir plus sur ses origines. C’est un long parcours pour la quête de la vérité. Qui est cet américain qui a mis sa mère enceinte? Sa vraie mère est-elle toujours en vie? Il aime sa famille adoptive, mais le fait d’être père, à son tour, le pousse à vouloir connaître son passé. C’est à Montréal que tout doit se dénouer. Une histoire qui s’impose tranquillement, mais qui nous laisse sans voix. C’est le roman qui m’a le plus fait voyager.

Les îles Canaries
J’ai un petit faible pour ce type de roman, dans lequel le personnage principal n’est pas présent. Car, voyez-vous, c’est par le regard des gens qui ont gravité autour de cette charmante agente de bord que nous apprenons à connaître cette victime du vol 459. Quelle est cette vie secrète qu’elle semble avoir eue? Si elle frôle la femme parfaite pour certains, ce n’est pas le cas pour d’autres, qui en viennent même à désirer sa mort… Ça me plaît de pouvoir modifier mon jugement, chapitre après chapitre. Le regard des autres ne constitue-t-il pas notre meilleur miroir? Un magnifique texte de Claudia Larochelle!

S.A.S.H.A.
Je m’étais gardé Martin Michaud pour le dessert. Pour avoir déjà lu cet auteur, je me doutais bien que j’allais avoir droit à un texte enlevant et mystérieux… Et je n’ai pas été déçu. Il apporte le petit côté science-fiction dans cette série, avec cet enfant qui arrive à prévoir ce qui va se passer quelques secondes plus tard, cet homme qui veut le protéger de gens qui tentent à tout prix de le retrouver ou encore cette mère qui doit revenir au bercail après une longue absence. Y sera-t-elle, ce coup-ci? Pourquoi les gens s’affolent-ils tout d’un coup à l’aéroport? Un mystère captivant!

À travers ces quatre romans, plusieurs personnages secondaires apparaissent et jouent des rôles plus ou moins importants. C’est le cas, notamment, du barman de l’aéroport qui semble comprendre la psyché de ses clients. Il sera le confident de Louisa, offrira réconfort à Élias, etc. Ces personnages contribuent à former un lien solide entre ces quatre histoires, aussi solide que le crash lui-même. « Vol 459 » est une série que vous devez absolument découvrir cet automne!

Publicité