Bruno Roy présente son nouveau livre: N’oublie pas l’été

4

Poète, romancier, amoureux de la langue et militant, l’ex-président de l’UNEQ Bruno Roy poursuit son exploration des blessures et des joies de la jeunesse, qui conditionnent toute la suite de l’existence.

N’oublie pas de le lire André Vanasse, mon XYZ d’éditeur, a lu deux fois mon projet de roman N’oublie pas l’été. Chaque fois, il a abondamment annoté le manuscrit. Pour ma part, ce n’est qu’à la cinquième mouture que j’ai décidé de lui envoyer mon projet. Au total, sept versions. Du travail et de la joie! Bien sûr. Et au meilleur de moi-même. L’action du roman se situe à l’été 1970, dans un camp de vacances pour sociaux affectifs. Il y est question des changements sociaux et culturels que vit le Québec. L’instant d’un été, pour certains, leur existence basculera dans le drame, pour d’autres dans la libération. Tantôt confiants, tantôt troublés, campeurs et moniteurs auront des choix à assumer. «Les choses sont dites simplement, du fond du cœur, m’écrit mon éditeur. C’est un beau roman sur la paternité acquise à travers un récit d’une grande clarté. Ici, tout coule de source. Tes chapitres sont tout à fait émouvants. Je crois que ce roman marque un tournant pour toi, non seulement d’un point de vue thématique (la quête du père) mais d’un point de vue stylistique. Tes analyses de l’âme humaine sont encore plus profondes que celles de tes derniers romans.»

Bibliographie :
N’oublie pas l’été, Bruno Roy, XYZ Éditeur, 274 p., 26$

Publicité