Nos plumes aguerries: Polar | Thriller | Science-fiction

10

Outre la richesse de la rentrée littéraire 2013 en termes de premiers romans, il faut saluer celle des auteurs confirmés qui est d’un aussi fort calibre que la première. De grands noms, des prémisses intéressantes et originales : voilà un aperçu de ce qui s’en vient!

La rentrée littéraire québécoise réserve quelques belles surprises aux impatients qui attendent depuis plusieurs mois la suite de leurs séries préférées. Ainsi, Alire fait paraître Ce qui se passe dans la cave reste dans la cave, le troisième et avant-dernier tome de « Malphas » de Patrick Senécal. Chez le même éditeur, Jacques Côté poursuit « Les cahiers noirs de l’aliéniste » avec Et à l’heure de votre mort, troisième volet des aventures du médecin Georges Villeneuve. Les amateurs de Gary Victor seront heureux de retrouver l’inspecteur Dieuswalwé Azémar dans Cures et châtiments (Mémoire d’encrier), pour un autre excellent polar vaudou. Le très talentueux Martin Michaud publie quant à lui un projet hors série et troque même la narration masculine pour faire place à une voix féminine! Sous la surface (Goélette) promet donc de belles surprises. Du côté fantasy, la jeune Édith Kabuya offre à ses nombreux lecteurs la suite de sa série « Les Maudits » aux éditions De Mortagne.

Les polars étrangers se font cependant un peu plus rares à cette période de l’année; ils semblent attendre que la folie de la rentrée littéraire soit passée avant de montrer le bout de leur nez. Les Le Carré, C.J. Box, Don Winslow, James Lee Burke et Stuart Neville ne se manifesteront donc pas avant novembre. Cela dit, quelques grosses pointures seront quand même au rendez-vous en ce début d’automne. Arnaldur Indridason avec Le livre du Roi (Métailié), Ian Rankins avec Les guetteurs (Le Masque) et R.J. Ellory avec Mauvaise étoile (Sonatine) sont du nombre. Sans oublier J.K. Rowling, dont on vient de découvrir qu’elle avait écrit un roman policier sous le nom de plume Robert Galbraith. L’appel du coucou devait initialement paraître chez Grasset en janvier 2014, mais la publication a été devancée lorsqu’on a découvert le pot aux roses.

L’équipe du libraire avait beaucoup aimé La tristesse du samouraï de Victor del Árbol, c’est pourquoi on vous conseille finalement de surveiller la parution de La maison des chagrins (Actes Sud), du même auteur.

Publicité