Jean-Philippe Arrou-Vignod: Entre deux âges

6
Qui n'a pas encore craqué pour Rita et Machin, deux adorables coquins qui n'en ratent jamais une? Tous les personnages sortis de l'imagination de Jean-Philippe Arrou-Vignod ont comme point commun d'être attachants, en plus de nous faire rire de bon cœur. Éditeur et consultant en littérature jeunesse, l'auteur français est un pilier au sein de la prestigieuse maison d'édition Gallimard Jeunesse, qui fête cette année les 30 ans de la collection Folio Junior.

Ce printemps, Jean-Philippe Arrou-Vignod a sorti coup sur coup trois nouveautés: Le Pique-nique de Rita et Machin, Les Courses de Rita et Machin et La Soupe de poissons rouges. Ce dernier est la suite du Camembert volant et de L’Omelette au sucre, qui raconte les aventures agitées d’une joyeuse famille où les six garçons s’appellent Jean-quelque-chose. «J’avais envie de raconter cette vie qui était la mienne: on était en permanence comme une équipe de basket. Et on avait tous la particularité d’avoir un prénom qui commençait par Jean. Mon père s’appelle Jean-Louis, ma mère, Jeannine et mon grand-père, Jean-Pierre. Et je voulais retrouver dans mon livre cette caractéristique. Ainsi, j’ai imaginé que le papa, qui n’a pas beaucoup de mémoire, appelle ses fils, Jean-A, Jean-B, Jean-C, etc. Et chaque enfant, à partir de ses initiales, a un surnom en fonction de sa personnalité», explique-t-il. Aussi, Jean-A, qui râle tout le temps, c’est «J’en ai marre», Jean-B, comme il est rond, c’est «Jambon». Toute la famille vient de déménager à Toulon après avoir vécu à Cherbourg et les enfants vont attaquer la rentrée scolaire, sauf les deux tout-petits. Cette nouvelle vie marquera les esprits et Jean-B, le deuxième de la famille, comme l’auteur, choisit le métier qu’il exercera quand il sera grand: écrivain.

Plus tard, je serai…
De l’autre côté de la page, Arrou-Vignod a réalisé ce rêve d’enfant en devenant un écrivain apprécié grâce à des titres tels Le Professeur a disparu, la série des enquêtes de P.P. Cul-Vert ou l’Agence Pertinax. Dans ces récits, Arrou-Vignod fait revivre une enfance heureuse, mais il raconte aussi la vie qu’il rêvait de mener lorsqu’il était enfant, subjugué par les péripéties des héros de la collection Bibliothèque verte chez Hachette. Lorsqu’il visite les écoles, il ramène toujours avec lui le cahier de ses premières histoires, écrites quand il avait 10 ans. Il mettait en scène deux jeunes détectives, Jean-Philippe et Thierry, qui était son meilleur copain à l’époque. «L’écriture est un moyen d’investigation pour moi. On découvre des souvenirs qu’on croyait oubliés. Je fais resurgir des sensations et des moments qui étaient enfouis dans ma mémoire, souligne-t-il. Et ils sont disponibles grâce à l’effort d’écriture.» Il a non seulement écrit avec bonheur des romans jeunesse, mais aussi des albums, dont Louise Titi et cette jolie réussite qu’est la série «Rita et Machin».

Amis pour la vie
Cette histoire d’amitié entre une petite fille au sacré caractère et son chien un brin philosophe est également celle d’Olivier Tallec et de Jean-Philippe Arrou-Vignod. «Je n’ai jamais pensé que je serais amené à écrire pour les tout-petits. Mais un jour, mon ami illustrateur, avec qui j’avais toujours eu l’envie de travailler, m’a amené ces deux petits personnages à la fois drôles et attendrissants, se souvient-il. Il m’a dit:  » Je ne sais pas comment ils s’appellent, ni ce qu’ils vivent ensemble, mais j’aimerais que tu leur inventes une histoire « .» Et il a dit «oui» à cette invitation inusitée, car il est rare en littérature jeunesse qu’un illustrateur apporte des dessins et fasse ce type de demande. Habituellement, l’auteur écrit et les illustrateurs s’emparent des mots pour leur donner vie. «Mon imaginaire a coïncidé avec celui de Tallec. On travaille main dans la main afin que le texte et les dessins se répondent en permanence et que naisse la complicité», explique-t-il. Sept albums sont issus de leur collaboration.

C’est également dans la constance que Jean-Philippe Arrou-Vignod a créé une relation de travail fructueuse avec Gallimard Jeunesse. Cela fait 10 ans qu’il participe au succès de cette maison d’édition mythique et de sa collection de poche Folio Junior. Cette dernière a été lancée par Pierre Marchand en 1977 et elle a permis l’avènement d’une véritable littérature jeunesse. Aujourd’hui, son fonds littéraire contient 840 titres, 500 auteurs classiques et contemporains et 110 millions de volumes ont été vendus. Parmi les auteurs se trouvent les grands, tels Jules Verne, Michel Tournier, Jack London, mais aussi J.K. Rowling, Jean-Claude Mourlevat et Jean-Philippe Arrou-Vignod.

Les sentiers de l’imaginaire
Récemment, il a cessé d’enseigner pour se consacrer à plein temps à l’écriture et à l’édition. Après avoir dirigé la collection Page Blanche, devenue la collection Scripto, il pilote la collection Hors-piste depuis quatre ans. Il édite des auteurs déjà connus, comme Erik L’homme, Sylvie Brien, une des rares Québécoises à se faire publier en France, mais aussi des nouveaux, tel Sigrid Renaud, 25 ans, dont le premier roman, Arghentur, fait actuellement partie des meilleures ventes de Gallimard Jeunesse. Dédiée aux jeunes de 9 à 13 ans, Hors-piste fait une large part à l’imaginaire, où tous les genres, tels la fantasy et le fantastique, se côtoient sans complexe. Arrou-Vignod veut ouvrir à ses jeunes lecteurs des portes vers d’autres mondes. D’ailleurs, c’est une catégorie d’âge qu’il privilégie, car c’est le moment de la vie où le rêve a encore toute sa place. «C’est l’âge pour lequel j’écris et c’est celui de mes livres préférés. C’est à 10 ans que j’ai découvert le bonheur incroyable de lire et je garde encore cette âme d’enfant, dit-il. C’est un moment où tout est encore possible. L’imaginaire se substitue aux difficultés à être soi-même. Il n’y a pas encore de rupture. Les parents sont encore là pour aider, encourager. C’est un monde très confortable, dans lequel je me sens bien.»

Pour les prochains mois, il chevauchera deux univers, entre l’enfance et l’âge adulte. En effet, il écrit aussi des livres pour les grandes personnes. À son actif, une dizaine de romans, dont L’Homme du cinquième jour, qui a gagné le Prix Renaudot des lycéens en 1997. Il retrouvera bientôt un nouvel ami, le commissaire Roch Ferreira, dont l’histoire, Ferreira revient, est parue en 2006 chez Fayard. Précisons que le nouveau roman qu’il est en train de rédiger transportera les jeunes dans un monde fantastique, un univers différent de celui auquel il les a habitués. Mais, chut! il ne peut pas en dire plus. Le mystère est complet…

Bibliographie :
La Soupe de poissons rouges, Jean-Philippe Arrou-Vignod, Folio junior, 140 p., 11,50$
Les Courses de Rita et Machin, Jean-Philippe Arrou-Vignod (texte) et Olivier Tallec (ill.), 28 p., 11,25$
Le Pique-nique de Rita et Machin, Jean-Philippe Arrou-Vignod (texte) et Olivier Tallec (ill.), 28 p., 11,25$

Publicité