Articles

Littérature étrangère

Le libraire - Numéro 75
Un libraire et son sommelier: De feu

Un libraire et son sommelier: De feu

Par Josiane Létourneau, Olivieri, publié le 25/01/2013

Josiane Létourneau rencontre Jacques Orhon

Vaut-il vraiment mieux l’enfer que la moitié du paradis? C’est à cette question que semblent répondre, bien malgré elles, les destinées des trois personnages principaux de ce polar : Avery Broussard, J. P. Winfield et Toussaint Boudreaux. Premier opus de James Lee Burke, publié dans sa langue originale en 1965, La moitié du paradis a déjà tout ce qui fera, plus tard, la grande réputation de l’auteur : des personnages profondément humains, une connaissance de l’histoire et de la société du sud des États-Unis qui ajoute grandement à la trame romanesque et une plume dessinant, à fleur de peau, toute la luxuriante et sensuelle beauté de cette Louisiane dont la nature est, dans toutes ses dimensions, un personnage immuable. Si vous n’avez jamais lu Burke, lisez ce roman. Si vous le connaissez déjà, une surprise vous attend, quelque part, vers la fin...

Avec son talent de maître sommelier, Jacques Orhon propose un cognac: « Pour faire une petite entorse à la règle qui consiste à unir un vin à une œuvre littéraire, le choix du cognac Paradis s’imposait en raison du titre de ce roman américain, certes, mais également parce que la notion de paradis est aussi obscure que les caves centenaires dans lesquelles cette grande eau-de-vie traverse le temps et mystérieuse comme cette Louisiane dans laquelle se déroule cette fiction noire. On soulignera que la grande réputation de la marque en Amérique du Nord a permis de lancer, dans les années 80, la Hennessy Jazz Search, [une entreprise de mécénat] qui soutient la richesse et l’inventivité du jazz, lui-même né en Louisiane. Enfin, l’entorse est légère puisque le cognac est avant tout le résultat de la distillation d’un vin. Créée en 1765 par Richard Hennessy, la grande maison de Cognac qui porte son nom est toujours une des plus réputées. C’est au château de Bagnolet, dont le style et la blancheur évoquent notamment la Louisiane, que j’ai dégusté à deux reprises cette fabuleuse ambroisie qu’est la cuvée Paradis. Il s’agit d’un assemblage savant d’eaux-de-vie plus que centenaires que l’on découvre dans une harmonie exceptionnelle grâce à une explosion de fragrances qui vont du miel à la truffe, en passant par les épices douces dont la cannelle et la cardamome. D’une grande pureté et d’une rare douceur, ce cognac présente une exceptionnelle longueur en bouche… même si elle ne nous mène qu’à mi-chemin du paradis! »

Paradis Hennessy
Cognac
Poitou-Charentes
France
750 ml
808,50$

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Articles
  3. Littérature étrangère
  4. Un libraire et son sommelier: De feu