82 809 fois « merci »

645
82 809 fois « merci »
À l’occasion de notre fête nationale, on s’accorde généralement une pause. Les libraires de notre réseau, en espérant qu’ils s’en accordent une, voudront joindre leur voix à la mienne et profiter de cette occasion pour remercier tous les lecteurs et les lectrices qui ont soutenu les librairies indépendantes depuis le début de la crise, le 13 mars dernier.

En ces temps inédits, nous avons bien senti que votre rapport au livre, et le rapport qui nous unit vous et nous, avait été un rempart contre l’inconnu et l’incertitude.

Quand le Québec a été mis sur pause, nous avons espéré de toutes nos forces pouvoir continuer de donner accès aux livres, plus que jamais en temps de confinement. Il s’y trouvait peut-être des réponses aux questions que soulève la pandémie; il s’y trouvait sûrement, aussi, des univers pour échapper quelques heures par jour à cette pandémie. Et il y avait toute une jeunesse à distraire, à continuer d’éduquer…

Nos libraires ont investi le commerce en ligne il y a déjà plus d’une décennie. D’abord avec livresquebecois.com (2008), ruedeslibraires.com (2011) et leslibraires.ca (depuis 2013). Notre devise, notre plaidoyer, que dis-je, notre ADN, c’était déjà l’achat local. Au moment où tout s’immobilisait, nous nous sommes jetés dans l’action avec une vaste campagne pour faire savoir, plus que jamais, qu’acheter en ligne, tout en achetant local, c’était simple et rapide.

Une aventure que nous n’avions pas vue venir nous attendait alors… Pour donner une idée, un ordre de grandeur : les ventes en ligne du mois d’avril 2020 ont été 1300% plus importantes que celles d’avril 2019. Quand les librairies ont fermé leurs portes au public, souvent il ne restait que le ou la propriétaire et un ou une ou deux libraires pour préparer tous ces petits colis. Alors, ils l’ont fait, sept jours semaine, parfois 10 heures par jour… Et comme la demande augmentait continuellement, certaines librairies ont réengagé jusqu’à dix ou douze libraires pour fournir à la tâche. Depuis le début de la crise de la COVID-19, le 13 mars dernier, ce sont 82 809 colis (contenant parfois une demi-douzaine de livres) que les librairies ont mis à la poste pour vous. Nos librairies vendaient des livres parus en 2006, des livres qu’elles avaient en stock mais qu’elles avaient presque oubliés… des livres tombés derrière une tablette. On a le plus grand inventaire francophone en Amérique du Nord; les derniers mois l’ont fait réaliser à plus de gens que jamais.

Est-ce que tout a été parfait? Non. Merci d’avoir choisi votre librairie de proximité, merci de votre compréhension dans un contexte hors du commun, notamment pour les délais de certaines livraisons postales, coincées dans les centres de tri complètement engorgés.

Quand les librairies hors Montréal ont pu rouvrir leurs portes le 4 mai, tout le monde était épuisé, mais heureux de renouer en personne avec les lecteurs. Une librairie n’est pas un entrepôt : c’est un lieu de rendez-vous avec la littérature. Quand vous recevez un livre commandé sur leslibraires.ca, oui, c’est un amoureux et un expert du livre qui l’envoie à votre destination. Une suggestion : si vous le pouvez, au cours des prochaines semaines, optez pour la cueillette en librairie sur leslibraires.ca. En plus d’épargner les frais postaux (à vous ou à la librairie), vous pourrez en profiter pour saluer un ou une libraire. Son nom est Maximilien, Audrey, Shannon, Chantal, Luc, Éléna… La crise, qui a été dure pour tout le monde, nous a appris qu’on a besoin les uns des autres.

Malgré une pandémie mondiale, selon les chiffres de ventes (en magasin et en ligne, détail et collectivités confondus) compilés par la BTLF, à la fin de la semaine du 14 juin, les ventes de 2020 (depuis le 1er janvier) étaient seulement 18,3% inférieures à celles de la même période en 2019. Merci, votre soutien a amorti le choc.

Nous avons une pensée solidaire pour les autres secteurs de la culture, dont les arts de la scène. Et les auteurs, les éditeurs, dans notre propre milieu. Et les lecteurs et les lectrices, leurs proches, et ceux qu’ils aiment…

En terminant, j’aimerais saluer la valeureuse équipe à la permanence de Les libraires qui, elle aussi, a tout donné pour aider le réseau à traverser le tumulte. On n’est rien sans une équipe, surtout quand elle est du meilleur calibre.

Illustration : © Caroline Merola

Publicité