Aimons-nous… quand même

5
L'amour oblige à une singulière jonglerie entre le public et l'intime, entre le respect du code et sa trahison. Trop de mise en scène l'étouffe ; pas assez le tue. En ces temps où l'on se ménage et gère jusqu'à ses émotions, seule la passion permet de résoudre ce paradoxe. Elle teinte d'insouciance et d'humilité l'indispensable projet, point de fuite qui donne de la perspective à la mosaïque des moments vécus à deux. La passion est essentielle à l'amour, en ce qu'elle révèle un caractère assez fort pour la porter ; la lourdeur des serments fait redouter plutôt la faiblesse d'âme. Aventure, amourette ou grande histoire : on peut accorder chaque temps du verbe « aimer » à son pronom personnel. Peu importe ce qui arrivera. Chaque rencontre vécue intensément, avec confiance, est l'occasion d'une redécouverte de soi-même et du monde. Ça délire et dérive ? À rêver des Indes, on trouve l'Amérique. Mais qu'en pensent les experts ? Voici quelques classiques suivis de parutions récentes.
Publicité