Travailler ses méninges

5

Scénarios élaborés, intrigues labyrinthiques, concepts éclatés ou caractère tout simplement unique, il y a de ces BD qui donnent le goût d’applaudir, tant elles ont le don de titiller notre intellect. Des albums, donc, qui laissent à bout de souffle, avec souvent autant de questions que de réponses, mais qui témoignent également de la maîtrise et du talent des grands noms du 9e art. Puisés à même ce foisonnant univers, injustement qualifié de simpliste par quelques critiques de mauvaise foi, voici dix titres qui, j’ose l’espérer, sauront s’attirer les faveurs des plus capricieux d’entre vous.

D’emblée, proposons la splendide série « Ken Games »(J. Robledo, Dargaud), délicieux chassé-croisé de destins complexes, où vérités et mensonges se fondent et se confondent. Fortement apprécié de mes collègues et de moi-même, ce petit bijou de finesse est un véritable trésor d’ingéniosité, à lire et à relire pour le plus grand plaisir des amateurs!

Soulignons ensuite le roman graphique Secret Show (Gabriel Rodriguez et Chris Ryall, Akileos), une solide épopée onirique, avec la participation de nul autre que Clive Barker, maître de l’horreur et du fantastique, à qui nous devons notamment le classique Hellraiser et les excellentes nouvelles des Livres de Sang.

Je m’en voudrais amèrement de ne pas inclure à ce palmarès l’originale, inusitée, fascinante et insidieusement sombre série « Locke & Key » (Milady), véritable bouffée d’air frais et indiscutable preuve de la maestria de Joe Hill, digne rejeton de son illustre père, le renommé Stephen King.

Injustement méconnue, suit l’époustouflante uchronie « Rex Mundi » (Arvid Nelson et Juan Ferreyra, Milady), qui est pourtant, à mon humble avis, très, très supérieure au surestimé Code da Vinci. Un petit chef-d’œuvre, réinventant avec brio l’histoire européenne et qui n’attend qu’à être découvert!

Ample, érudit et subliminal, s’impose par la suite Sandman (Neil Gaiman, Urban Comics), véritable pierre d’angle de l’imaginaire moderne et sans contredit LE grand œuvre du talentueux maître Gaiman, la mémorable adaptation du Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, récipiendaire – en 1991 – du prestigieux World Fantasy Award. Pourquoi craindre la Mort, lorsque l’on doit craindre Morphée?

Du tombeau du Christ à l’or des nazis, de la Sibérie au Klondike, « Le Casse » (collectif, Delcourt) constitue une autre perle d’ingéniosité, mettant en scène un ensemble varié de cambriolages de haute voltige, aux quatre coins de l’histoire. Et, visiblement, le concept fait des petits (notamment, la nouvelle série La grande évasion, également chez Delcourt)…

Quoi?Un complot ésotérico-mystique étalé sur plusieurs siècles? Rien de mieux pour se planter, croyez-vous? Ou pour pondre une série solide, intrigante et inspirée, à l’instar de « L’Ordre du Chaos » (Perez, Ricaume et Albert, Delcourt), dessinée de main de maître et qui promet énormément! À suivre…

Il en va de même pour l’excellent manga « Death Note » (Tsugumi Ohba, Kana), dont les nombreux amateurs vous confirmeront que les ramifications du duel de volontés entre Light Yagami et l’incomparable « L » suffisent largement à lui mériter une place dans ce palmarès. Sans oublier les questions éthiques que soulève le récit sur le pouvoir de vie ou de mort et l’usage qu’en fait l’humanité.

Du reste, malheur au cuistre qui oserait médire contre ce monument de la culture illustrée – et générale, que diable! – qu’est « Achille Talon » (Greg, Dargaud), dandy verbomoteur et épicurien invétéré, dont les envolées lyriques font le délice des passionnés de beau langage et d’humour depuis déjà quarante ans!

Finalement, afin de réduire au silence les trop nombreux détracteurs du comic américain, proposons La confrérie du bouclier. S.H.I.E.L.D. (T. 1)(Jonathan Hickman, Panini), une somptueuse petite série entremêlant savamment histoire et science-fiction et démontrant une fois pour toutes que le caractère abrutissant que certains voudraient accoler au genre n’est en fait qu’un vulgaire préjugé. Un must!

Voilà chers amis lecteurs! Il ne me reste qu’à tirer le rideau et à vous laisser découvrir par vous-mêmes toute la richesse du monde de la BD. Ceci dit, au bénéfice des néophytes désireux de partir du bon pied, je me permettrai de suggérer les incontournables Case, planche et récit : comment lire une bande dessinée, de Benoît Peeters (Casterman), et Manga : histoire et univers de la bande dessinée japonaise, de Jean-Marie Bouissou (Picquier), deux ouvrages offrant l’occasion d’aller au-delà des images et du texte, dans cet espace blanc entre les cases, où se plaisent à se retrouver les lecteurs chevronnés. Bonne lecture!

Publicité