El Trio Grande : Pour quelques BD de plus

Il y a des moments dans la vie d'un marshal où il faut prendre les choses en main. Un avis de recherche pour le gang de Frank Miller - un récidiviste de la pire espèce qui menace la liberté de Libraire Town -, vient d'atterrir sur mon bureau. Je me dois de prendre les devants et d'aller à sa rencontre. La ville vit des heures paisibles et mes assistants, dignes de confiance, ont bien d'autres chats à fouetter : Antoine, dit « Le diplomate ésotérique », s'est porté volontaire pour accueillir le Professeur Bell et Steeve, dit « l'Homme au sang froid », est parti vers l'est ramener une jeune mexicain récalcitrant. Je décide donc de partir vers l'Ouest. Miller et sa bande se pointeront sûrement par là.

En effet, je les ai trouvés en train de bivouaquer à deux jours de cheval de LibraieTown. Dissimulé derrière un cactus (un gros, il va sans dire), je les observe et me surprend à penser que, bien qu’ils ne soient que deux, ils ne donneront pas leur place pour faire du grabuge. Le plus petit, Bad Boy, est à peine une plaquette. Miller est au scénario et Bisley (une vraie terreur américaine), au dessin. Une historiette de science-fiction à la Philip K. Dick : tordue, bizarre, mais qui constitue surtout une critique virulente de l’éducation parentale politically correct. Bad Boy ne devrait pas me résister longtemps car j’ai dans mes sacoches un commentaire sympathique et amusant qui devrait le tranquiliser.

Par contre, juste à ses côtés se tient Frank Miller en personne, fier comme une chandelle. 300, son nouvel album paru aux Éditions Rackham, est très imposant. Après avoir revampé Batman, scénariser Robocop et donné à la bande dessinée le merveilleux Sin City, Miller nous arrive avec un véritable peplum : 300 soldats spartiates partis affronter l’armée perse. Une histoire qui déménage et un dessin toujours aussi tranchant et fort bien mis en valeur par la coloriste Lynn Varley. Toutefois et sans contredit, la narration est la force de Miller. Son discours, incisif, véhicule une vision noire de l’âme humaine. Dans mes sacoches, j’ai pour cet auteur et son dernier  » méfait  » une critique dithyrambique. Grâce à moi, sa réputation sera faite dès maintenant ! Lecteurs de LibraireTown, soyez-en assurés, je vous les ramène pieds et poings liés ! Promesse de marshal…

Le marshal et moi, on se doutait bien qu’il y avait du grabuge en périphérie. Je suis donc parti vers l’Est, ratissant le territoire à la recherche d’indices. À chacun de mes pas, la mort me montait au nez. Comment se retrouver dans ce paysage enveloppé de brumes insondables ? Notre ami Hermann, lui, n’y va pas de main morte avec ses ambiances autrement plus morbides que celle dans laquelle je m’enlisais. Ces derniers temps, plusieurs cadavres ont été retrouvés dans le coin, tous marqués d’un X sur la joue droite. Et afin de bien  » flairer  » ce qui se trame dans cette contrée, il est nécessaire de côtoyer le gang légendaire de Joe Beaumont. Lui ne reculera devant rien pour obtenir vengeance envers sa femme et son amant. Tout cela au grand désarroi de Sam Leighton, le jeune flic chargé de l’enquête. Traîtrise, fausses pistes et pièges de tous acabits, le filet se resserrera autour de lui. De manipulations en manipulations, il appendra, à ses dépens, que les bons ne gagnent pas toujours. Le scénario de Yves H. est tordu à souhait et les vapeurs gris jaunâtre de la plume d’Hermann laissent le lecteur transi. Et, si l’affaire est classée, elle est loin d’être réglée. Vaut mieux ne pas traîner dans les parages inutilement. Mais, au cas où vous auriez ouï quelque chose…vous auriez pas entendu parler d’un gosse qui se ballade sur un énorme porc et qui sème la terreur sur son passage ?

Évidemment, le sale type m’avait roulé en m’indiquant la mauvaise direction. Heureusement, des traces de cochon-loup qui trotte dans la bourbe d’un sous-bois s’avèrent assez difficiles à dissimuler. Plus je m’enfonçais à travers les arbres et plus le paysage devenait grotesque, tortillé, mal foutu. Les personnages qui ont croisé mon chemin arboraient une mine patibulaire, à la limite du crayonnage, et avaient des airs (ou des traits, c’est selon), plutôt cauchemardesques. Bref, un décor de mauvais western qui flottait dans la sauce Catelli. Et toujours cette plainte lointaine, comme un fantôme d’enfant qui pleurniche. Chiquito, ce pauvre gosse devenu muet à la suite du décès de sa mère dans un incendie, n’était pas au bout de ses peines. Il a fallu qu’un chaman, vieux de plusieurs siècles, l’assassine pour prendre possession de son corps et ainsi se venge du méchant Mananifek qui contamine les humains en les transformant en loups sanguinaires. L’affrontement est inévitable, et Chiquito explose en un torrent de violence et décime la meute. Capron et Miquol nous offre une histoire crue à l’humour grinçant ; des personnages grossiers et antiphatiques et un décor naïf qui rappelle Sfar ou Trondheim. Si vous toujours de ce monde, rassurez-vous : Chiquito la Muerte a quitté la ville. Mais il court encore. Fermez les volets, c’est plus sûr, et tremblez.

Ce matin, même le soleil hésitait à se lever sur LibraireTown. Lové au creux des hanches de la belle H., je ronflais bruyamment quand soudain, la porte de ma chambre fut assaillie par une série de coups violents. À l’aurore, quelqu’un avait reconnu le trait filiforme du Professeur Bell accompagné d’un grand spectre verdâtre… Je l’accueillis donc à l’entrée du village, puis l’invitai à me raconter son voyage. Non content de flirter avec la fille de Satan, Bell déclara tout bonnement qu’il venait de sauver le monde de mille ans de règne du Malin. Grâce à deux prêtres réduits à l’état de poupées, ce dernier avait emmené l’inspecteur surnommé Humpty Dumpty avec lui à Jérusalem, où il avait, disons-le, sympathisé avec le diable. Décidément, ses aventures me surprendront toujours et si, dans l’avenir, un quelconque illuminé immortalise mon ami en BD, eh bien ce sera certainement une réussite assurée. Je vous le jure ! Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais… me débrouiller!

***

Les choix de Marco

Bad Boy, Frank Miller & Simon Bisley, Rackham
300, Frank Miller & Lynn Varley, Rachkam

Les choix de Steeve

Le retour de Mananifek, Chiquito la Muerte, t.01 (Capron & Micol)
Liens de sang, Hermann & Yves H., coll. Signé

Le choix d’Antoine

Les poupées de Jérusalem, Professeur Bell, t.02, Joann Sfar, Delcourt

Publicité