El Trio Grande : Faire bande à quatre

1
À l'instar des trois Mousquetaires et des frères Dalton, le El Trio Grande fait désormais bande à quatre. Dorénavant, c'est accompagnés de leur d'Artagnan (ou de leur Joe) de service que nos fidèles cow-boys sillonneront les routes de l'Ouest. Dans ce nouveau volet de leurs aventures, une charmante damoiselle* brouille la piste des desperados et met la bisbille dans leur cœur…

Bienvenue au royaume

Grâce à Dieu et au marshal, j’ai pu m’établir de façon définitive à Libraire Town. Qui sont les sales têtes du jour ? Dieux du ciel, c’est toute une Région de hors-la-loi velus !

Les habitants de la Région ont toujours vécu de la désobéissance en général et des fruits de la contrebande en particulier. Ce passé turbulent a laissé une empreinte profonde et un ensemble de traditions ridicules dans la société contemporaine. À l’heure de la globalisation des marchés, cette mentalité rustique dérange la Nation. La contrebande est interdite et la résistance s’organise : l’histoire s’ouvre sur un assassinat politique. Afin « d’enrayer la spirale de la violence », la Nation dépêche sur les lieux le ministre des Affaires Frontalières ; celui-ci est mystérieusement kidnappé dès son arrivée. Dès lors, c’est à son assistante (une petite dinde de la ville) qu’incombe la responsabilité de poursuivre la mission ministérielle.

Bien qu’aucun nom ne soit cité et que la géographie même soit parfaitement fictive, l’histoire semble inspirée du problème corse. Je me réjouis de ne pas être français, je peux ainsi me régaler de cette subtile et cynique critique de l’impérialisme, du nationalisme et de la bêtise humaine en général.

Je m’en voudrais de ne pas signaler une BD bouleversante : dans Persepolis, Marjane Satrapi raconte son enfance iranienne marquée par la révolution islamique, la montée du fanatisme religieux et, bientôt, la guerre.

Et je reste convaincu que ce n’est ni Spoon, ni White, ni même le marshal qui enlèvera jamais le cœur de la douce Courtney Balconi : cela ne peut être que moi, foi de Bernie l’Angliche, et je vous quitte là-dessus car il ne faut jamais faire attendre les dames.

L’ABC du bon marshal

Dans la période aussi chaotique et sauvage que représente les nouveautés de l’été, il est essentiel d’avoir dans sa ville une force de l’ordre impeccable et implacable. À Libraire Town, je suis fier d’être secondé par des adjoints comme Tony, dit « La Voix » et Steeve, dit « Free Steevy ». Même que l’on peut désormais compter sur ce drôle de chasseur de primes, Bernie, dit « l’Angliche ». Notre profession est noble et, à ce titre, je m’insurge contre le troisième tome de la série intitulée Spoon & White. Eh toi, le jeune ! Ne suis pas l’exemple de ces deux policiers, Spoon et White, qui ridiculisent et bafouent leur métier de représentant de la loi. Comment ne pas prendre au sérieux une affaire aussi grave qu’une guerre de triades dans Chinatown ? Comment ne pas s’appliquer à poursuivre une enquête rigoureuse susceptible de faire tomber les chefs de gangs ennemis ? Bon, c’est vrai que, finalement, ils y parviennent, ces deux comiques, mais par des chemins, disons-le, quelque peu frivoles, car Spoon et White se battent pour le cœur de la belle présentatrice-télé Courtney Balconi. Messieurs les rigolos, un conseil : soyez incorruptibles, loyaux et prêts à tout pour défendre la veuve et l’orphelin ; la belle Courtney aime les héros de la trempe des marshals ! Mais jusque là, continuez de vous ridiculiser avec vos folles aventures pleines de clins d’œil au cinéma américain, tandis que moi, je passerai une soirée romantique avec Mlle Balconi, car je suis tout à fait son genre. So long.

Le blues du détective

Le Choucas, c’est un drôle d’oiseau jaune et noir avec des chaussettes rouges. Comme si la vie n’était pas assez contrastée comme ça ! Y’a que dans le désespoir qu’on peut décider de devenir détective. Ou lorsqu’on a perdu son boulot. Ou les deux à la fois. Dans un monde où un riche fils est prêt à faire assassiner une mémé pour que sa propre mère gagne un tournoi de scrabble à la con, tout peut arriver. Même un ange gardien déguisé en chauffeur de taxi maghrébin. Les filatures tordues et insipides, y’a pas que dans les livres de la Série Noire que ça existe. Et pas besoin d’être un héros pour ça : on se retrouve bien assez vite avec la tête de l’emploi. Sauf que ce n’est pas une vie : regardez ma piaule, aucune femme ne voudrait y vivre ! Déjà chanceux que la belle Courtney s’intéresse à ma sombre personne ! Faut dire que les autres gars du coin sont encore pires que moi et qu’elle a un penchant pour les détectives, mais tout de même, faut se méfier. Et veinard comme je suis, y’a mon téléavertisseur qui va sûrement sonner au mauvais moment ! Classique. Et puis, j’ai pas les moyens de refuser une mission. Croyez-moi, le dessinateur obsédé qui m’a inventé s’en donnera à cœur joie de me traîner dans les quartiers les plus sordides et mal éclairés de la BD, au grand plaisir de mes psychopathes de lecteurs. De mon point de vue, ça fait un peu cher la visite. Mais vous allez m’excuser, car j’ai un rendez-vous (galant) !

Quand je serai mort, je serai…

Entre deux whiskys, il m’arrive de réfléchir. Je me surprends moi-même de tergiverser avec ma personne sur ce qui m’attend après mon passage à Libraire Town. Ma feuille de route peu reluisante ne me permet pas d’anticiper l’éternité à siroter de divins nectars en compagnie de l’archange Gabriel ; alors je me plonge dans la lecture des aventures de Mardi-Gras Descendres, un cartographe aux prises avec une bureaucratie de l’outre-tombe fort enquiquineuse. Le créateur de ce révolté de l’au-delà, Eric Liberge, sait me séduire par son trait précis et son scénario résolument neuf et ambitieux. L’édition intégrale des deux premiers tomes de ses aventures s’avère une pure révélation. Tout y est, l’esprit, la philosophie et un sérieux qui laisse toujours place à l’humour morbide. Fort de cette belle découverte, je m’en vais de ce pas entretenir la conversation avec Miss Balconi qui, à ce que l’on dit, s’intéresse beaucoup à l’au-delà pour un prochain reportage ; je sais que j’aurai la main heureuse, car tout le monde sait que les journalistes aiment les hommes qui ont de l’esprit.

***

Les choix de Bernard

L’héritage des trente velus : La Région, t.1, Denis Roland & Jérôme Jouvray, Éditions Paquet
Persepolis, t.1, Marjane Satrapi, L’Association

Le choix de Marco

Niaq micmac : Spoon & White, t.3, Léturgie, Yann & Léturgie, Dupuis/Humour libre

Les choix de Steeve

Le Choucas rapplique (t.1), Le Choucas s’incruste (t.2) et Le Choucas enfonce le clou (t.3), Lax, Dupuis/Repérages, 13,95$ ch.

Les choix d’Antoine

Monsieur Mardi-Gras Descendres : édition intégrale, vol. 1, Éric Liberge, Pointe Noire, 44,95$

* : La belle et féroce Courtney Balconi, reporter à la télé et véritable croqueuse d’hommes, qui a déjà fait chavirer le cœur de plusieurs durs à cuire, dont les détectives Spoon et White.

Publicité