La littérature sénégalaise

27

Cette année, le pays à l’honneur du Salon international du livre de Québec est le Sénégal, un pays qui possède une littérature riche que l’on gagne à connaître. Voici huit titres et auteurs sénégalais contemporains à visiter.

(Les résumés sont ceux des éditeurs.)

Les corps intermédiaires (Gallimard) – Mamadou Mahmoud N’Dongo
Abbas Sidi Saïd est un riche collectionneur, fils de Nabil Sidi Saïd, despote et guide religieux d’un pays gagné à son tour par les révolutions arabes. Abbas commande son portrait à Thomas Schoeller. De cette rencontre aux diaboliques péripéties, Mamadou Mahmoud N’Dongo nous offre avec Les corps intermédiaires un formidable roman, au confluent de l’histoire, du religieux, de la création artistique, où les passions deviennent obsessions.

Des fourmis dans la bouche (Denoël) – Khadi Hane
Gratteurs d’écailles dans une poissonnerie, vendeurs ambulants de montres de pacotille ou de statuettes en bois, journaliers payés au noir pour décharger des sacs d’un camion, hommes à tout faire d’un commerçant pakistanais qui revendait des pots de crème à l’hydroquinone censés procurer aux nègres l’éclat d’une peau blanche, la leur ne faisant plus l’affaire. Sur le marché Dejean, on trouvait de tout… Née au Mali, Khadîja élève seule quatre enfants à Paris, dans le quartier de Château-Rouge. Pétrie de double culture, musulmane mais le doute chevillé au corps, elle se retrouve exclue de sa communauté du fait de sa liaison avec Jacques, le père de son fils métis. […] Un roman qui dit la difficile liberté d’une femme africaine en France.

Impossible de grandir (Flammarion) – Fatou Diome  Auteure en visite au Salon
Salie est invitée à dîner chez des amis. Une invitation apparemment anodine mais qui la plonge dans la plus grande angoisse. Pourquoi est-ce si « impossible » pour elle d’aller chez les autres, de répondre aux questions sur sa vie, sur ses parents ? Pour le savoir, Salie doit affronter ses souvenirs. Poussée par la Petite, son double enfant, elle entreprend un voyage intérieur, revisite son passé […] À partir de souvenirs personnels, intimes, Fatou Diome nous raconte, tantôt avec rage, tantôt avec douceur et humour, l’histoire d’une enfant qui a grandi trop vite et peine à s’ajuster au monde des adultes. Mais n’est-ce pas en apprivoisant ses vieux démons qu’on s’en libère ? « Oser se retourner et faire face aux loups », c’est dompter l’enfance, enfin.

Les larmes d’une martyre (L’Harmattan) – Abdou Diagne
Une jeune femme, Thiaré, a prouvé par son courage et sa lutte pour les droits civils et les droits de la femme qu’une action directe et non-violente avec un but précis, peut changer le cours de l’histoire. Par sa simplicité, sa ténacité, elle essaie d’identifier la femme comme un espoir. Chaque larme versée par une femme témoigne d’une bataille durement menée.

La Maison des épices (Mémoire d’encrier) –  Nafissatou Dia Diouf Auteure en visite au Salon
La Maison des épices appelée aussi la grande maison est un fort du XVIIe siècle devenu par un des accidents de l’Histoire tour à tour une esclaverie et un comptoir à épices. Réhabilitée par une équipe de passionnés, c’est aujourd’hui un centre de soins d’un genre unique, posé dans un écrin de nature entre mer et savane, où viennent se reconstruire des blessés de la vie. C’est en tout cas la mission que se sont donnée médecins et guérisseurs qui se fondent sur des savoirs ancestraux pour redonner une âme à ces lieux et le goût de vivre aux pensionnaires.

Méditations africaines (Mémoire d’encrier) – Felwine Sarr
Dans les bras du fleuve de Saint-Louis du Sénégal, un être pense lentement au fil de l’eau, ruminant mot après mot, phrase après phrase ; et l’existence se confond avec le fleuve, tout coule alors en pensées et en actions. C’est à cet exercice de méditation et de parole que nous convie Felwine Sarr. L’ouvrage Méditations africaines est en ce sens un livre atypique : une flânerie dans les autres livres, dans les grandes et petites idées qui nous interpellent. Une suite de formes brèves, si concises et lumineuses que l’on oublie et l’acte de lire et celui de penser.

Murambi, le livre des ossements (Zulma) – Boubacar Boris Diop
Construit comme une enquête, avec une extraordinaire lucidité, le roman de Boubacar Boris Diop nous éclaire sur l’ultime génocide du XXe siècle. Avant, pendant et après, ses personnages se croisent et se racontent. Jessica, la miraculée qui sait et répond du fond de son engagement de résistante ; Faustin Gasana, membre des milices du Hutu Power ; le lumineux Siméon Habineza et son frère, le docteur Karekezi ; le colonel Perrin, officier de l’armée française ; Cornelius enfin qui, de retour au Rwanda après de longues années d’exil, plonge aux racines d’une histoire personnelle tragiquement liée à celle de son peuple.

Samba le fou (L’Harmattan) Abibatou Traoré
« Samba, es-tu là ? » Quand Lucie rencontre Samba, tout les oppose. Elle décide contre tout bon sens de sauver ce fou errant des démons de son passé. Vaincra-t-elle le mutisme de Samba ? Belle rencontre entre une petite fille et un personnage « hors norme » et pourtant si familier, Samba, dans le Sénégal d’aujourd’hui.

ibeaulieu@leslibraires.ca

 

Publicité