Yasmina Reza remporte le prix Jonathan Swift consacré à la satire

96
Yasmina Reza remporte le prix Jonathan Swift consacré à la satire
La sixième édition du prix zurichois Jonathan Swift, qui célèbre l’humour et la satire dans la littérature, a comme lauréate Yasmina Reza, une auteure qui ne se distingue pourtant pas pour son esprit railleur.

Le prix Jonathan Swift a été décerné à l’écrivaine française Yasmina Reza pour l’ensemble de son œuvre. « Yasmina Reza n’écrit aucun texte comique ou satirique. Mais grâce à sa capacité d’observation des gens et des situations, la comédie et la satire surgissent naturellement dans ses œuvres », a déclaré le jury dont la présidence a été assurée par Charles Lewinsky.

« Tout le monde riait. Les Manoscrivi riaient. C’est l’image d’eux qui est restée. Jean-Lino, en chemise parme, avec ses nouvelles lunettes jaunes semi-rondes, debout derrière le canapé, empourpré par le champagne ou par l’excitation d’être en société, toutes dents exposées. Lydie, assise en dessous, jupe déployée de part et d’autre, visage penché vers la gauche et riant aux éclats. Riant sans doute du dernier rire de sa vie. Un rire que je scrute à l’infini. Un rire sans malice, sans coquetterie, que j’entends encore résonner avec son fond bêta, un rire que rien ne menace, qui ne devine rien, ne sait rien. Nous ne sommes pas prévenus de l’irrémédiable. » Yasmina Reza, Babylone (Flammarion/Folio)

L’auteure qui est à la fois romancière, dramaturge et scénariste est traduite en plus de trente-cinq langues dans le monde. Elle a reçu le Prix de la nouvelle de l’Académie française pour Hammerklavier, le prix Le Monde pour son roman Heureux les heureux et le prix Renaudot pour son roman Babylone. Côté théâtre, elle reçoit un Tony Award, une récompense américaine, pour sa pièce Art.

Le prix Jonathan Swift est doté d’une bourse de 20 000 francs suisses, l’équivalent de 28 640 dollars canadiens.

Publicité