Deux auteurs récompensés par le CALQ

24

Chaque année, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) récompense un auteur de chaque région du Québec pour la pertinence de son travail d’écriture. Le 4 mai dernier, le Baie-Comois William Lessard Morin reçoit le prix du CALQ 2017, Œuvre de l’année sur la Côte-Nord pour son premier recueil de nouvelles Ici la chair est partout (La Mèche). Le comité de sélection a choisi l’œuvre de Lessard Morin « pour son rythme, ses contrastes, son caractère actuel et marginal ainsi que pour la singularité de l’écriture », relate Anne-Marie Jean, la PDG du CALQ. L’auteur est également professeur de français au cégep de Baie-Comeau. Il vient d’ailleurs de recevoir une mention d’honneur de l’Association de la pédagogie collégiale pour son implication dans l’établissement scolaire.

« À quel moment ai-je perdu pied exactement? La réponse ne surgit pas, elle n’apparaîtra peut-être jamais. Mon unique certitude est d’avoir en moi quelque chose d’infâme, une force qui émerge sans crier gare et me pousse chaque fois du mauvais côté de ma vie. »
Extrait d’Ici la chair est partout

L’auteur sud-côtois Nicolas Paquin reçoit pour sa part le prix du CALQ 2017, Œuvre de l’année de Chaudière-Appalaches pour Combattre dans l’ombre, le deuxième tome de la trilogie « Les volontaires » (Du Phoenix). Adressé aux jeunes lecteurs, ce roman se campe du côté de la Résistance au temps de la Deuxième Guerre mondiale. Réjean Perron, directeur du soutien à la diffusion et au rayonnement international du CALQ, rapporte que les membres du comité de sélection « ont apprécié cette œuvre pertinente et bien documentée, qui s’adresse aux lecteurs adolescents dans une langue accessible et efficace ». Pour sa trilogie « Les volontaires », il a aussi obtenu une bourse du Conseil des Arts du Canada (CAC).

« Assailli par sa mémoire, le soldat se répète la scène qui s’est jouée ce jour-là. Il entend les déflagrations, le staccato des mitraillettes, le sifflement terrible des obus fondant à une vitesse foudroyante sur des objectifs inconnus. Il approche de la plage, à bord d’une péniche de débarquement. Sur sa droite, une embarcation semblable à la sienne cède sous l’impact d’un projectile; elle éclate, telle une vulgaire boîte de carton d’où jaillissent des corps humains ensanglantés, déchiquetés. »
Extrait de Combattre dans l’ombre

 

Photos : William Lessard Morin (haut) et Nicolas Paquin (bas).

 

William Lessard Morin | Sans tabous ni censure | La Fabrique culturelle

Publicité