L'initiative Les libraires conseillent répond à la demande des lecteurs avides de suggestions. Chaque mois, un comité formé d’une quinzaine de libraires établit, après moult discussions passionnées et passionnantes, une sélection de cinq livres. Essais, BD, romans jeunesse ou pour adultes, d’ici comme d’ailleurs, ces cinq livres sont mis de l’avant dans les librairies membres de notre réseau. Cette initiative est une belle occasion de promouvoir des livres jugés particulièrement remarquables, ainsi que de valoriser le rôle primordial de votre libraire. Voici la sélection de septembre.


Que notre joie demeure
Kevin Lambert (Héliotrope)

Architecte de renommée internationale auréolée de l’estime de ses pairs, des institutions ainsi que de son équipe, philanthrope notoire, féministe accomplie, Céline Wachowski est à l’apogée de sa carrière au moment où elle peut enfin offrir à Montréal, sa ville natale, un projet d’envergure à la hauteur de ses aspirations. Mais le complexe Webuy, siège social d’une entreprise aux pratiques douteuses, sème la controverse et sonne le glas de celle à qui on avait confié sa conception. La descente aux enfers prend rapidement l’allure d’un déboulonnage, l’architecte devenant bien malgré elle le bouc émissaire d’une hargne populaire dirigée contre la gentrification, le capitalisme sauvage et les privilèges éhontés de l’élite financière mondiale. Avec ce troisième roman au rythme effervescent, Lambert dépeint un monde où la déchéance des uns semble un mal nécessaire au maintien de l’impunité des autres.
Philippe Fortin, Librairie Marie-Laura (Jonquière)

 


Les marins ne savent pas nager
Dominique Scali (La Peuplade)

Les marins ne savent pas nager explore un XVIIIe siècle alternatif situé sur la mythique île bretonne d’Ys qui selon la légende aurait fini par disparaître sous les flots. Scali en fait ici une république méritocratique qui confine le commun et les déshérités à une vie de parias naufrageurs ayant le choix entre rebâtir perpétuellement ce que les grandes marées balaieront bientôt comme châteaux de sable ou grappiller ce que les nombreuses tombes marines de la prospérité élective laissent entre de tranchants récifs. Sur plus de sept cents pages, l’élégance du style et la densité du propos ne faiblissent jamais, gonflant la grand-voile de cette caravelle aventurière, manœuvrant avec grâce entre les hauts-fonds et évitant les écueils narratifs. On lit avec la fièvre que seuls les maîtres du feuilleton savent inspirer et on s’émerveille de découvrir en Scali une bâtisseuse de monde, qualité prisée entre toutes des adeptes des littératures de l’imaginaire. Avec Les marins ne savent pas nager, elle fait la preuve de l’immense versatilité de son talent, révélant l’endurance de ceux qui sauront faire œuvre et l’unicité de sa voix. Larguez les amarres!
Thomas Dupont-Buist, Librarie Gallimard (Montréal)

 


La cité oblique
Ariane Gélinas et Christian Quesnel (Alto)

J’ai dévoré l’intégralité de l’œuvre de Lovecraft. J’ai lu, regardé, écouté des adaptations plus ou moins bonnes sur divers médiums. Je me souviens encore de mon étonnement lorsque j’ai découvert dans l’œuvre intégrale volume 3 (Robert Laffont/Bouquins) sa « Description de la ville de Québec », un guide de voyage composé pour lui-même. Donc, j’ose croire que lorsque j’affirme qu’Ariane Gélinas maîtrise superbement sa plume de façon lovecraftienne et que Christian Quesnel, dans sa poésie visuelle qui lui est propre, s’approprie d’une façon magistrale l’horreur et les codes de Ceux qui voient : je suis bien placé pour dire que je m’y connais. Merci Alto d’avoir permis la réalisation de cette œuvre unique et superbe! Je dois avouer que présentement, je lorgne la version de luxe à quantité limitée…
Shannon Desbiens, Librairie Les Bouquinistes (Chicoutimi)

 


Mélasse de fantaisie
Francis Ouellette (La Mèche)

Mélasse de fantaisie, c’est le touchant et vibrant portrait d’un ancien quartier montréalais, celui du Faubourg à m’lasse. Les HLM ceinturés de ruelles abritent des familles parfois éclopées, des femmes monoparentales, les enfants jouent dans les déchets, mais c’est leur quotidien et ces gens se battent pour trouver leur place. C’est le cas du jeune Francis, flanqué de son chien Copain, de sa mère trop souvent imbibée d’alcool et de l’énigmatique sans-abri Frigo, qui arrive avec fracas dans une vie plus que houleuse. Dans une langue truculente truffée d’humour, le primo-romancier Francis Ouellette nous convie à une tendre et décadente épopée, à la rencontre de personnages plus grands que nature. Un conteur né à surveiller absolument!
Cassandre Sioui, Librairie Hannenorak (Wendake)

 


La décision
Karine Tuil (Gallimard)

Des décisions, la juge d’instruction parisienne Alma Revel en prend. Doit-on maintenir en prison ce jeune ou le libérer? Constitue-t-il une menace pour la société? Au fil des pages, on suit cette femme de pouvoir, certes, mais dont la profession l’amène à douter de tout, dans toutes les sphères de sa vie. Karine Tuil nous invite dans un récit puissant, qui décortique le quotidien de cette femme et toutes les décisions qu’elle prend, jusqu’à celle qui change tout, et à tout jamais. C’est bouleversant, percutant.
Chantal Fontaine, Librairie Moderne (Saint-Jean-sur-Richelieu)

Publicité