L'initiative Les libraires conseillent répond à la demande des lecteurs avides de suggestions. Chaque mois, un comité formé d’une quinzaine de libraires établit, après moult discussions passionnées et passionnantes, une sélection de cinq livres. Essais, BD, romans jeunesse ou pour adultes, d’ici comme d’ailleurs, ces cinq livres sont mis de l’avant dans les librairies membres de notre réseau. Cette initiative est une belle occasion de promouvoir des livres jugés particulièrement remarquables, ainsi que de valoriser le rôle primordial de votre libraire. Voici la sélection d'octobre.


La pêche au petit brochet
Juhani Karila (La Peuplade)

Moi qui m’attendais à un roman du froid et de la neige, je me suis bien vite détrompée. La pêche au petit brochet nous catapulte dans une Laponie bien différente de celle de mon imaginaire. Nous sommes en zone marécageuse troublante, ténébreuse et dont la faune est foisonnante en créatures de tout genre. Elina revient dans sa région natale chaque été afin de pêcher le poisson. Cependant, nous comprenons que le personnage manifeste beaucoup trop d’empressement et de précipitation afin d’accomplir ce qui semble être une mission et non une simple activité de plaisance. Elle a exactement trois jours pour pêcher le seul brochet qui est resté piégé dans un étang vaseux et limoneux après la descente des eaux. Au fil du roman, nous comprenons pourquoi elle se voit investie d’une telle mission. Elle n’a pas d’autre choix que de le faire. Sa vie en dépend. Il s’agit probablement d’une des lectures les plus singulières et étranges qu’il m’ait été donné de faire et pourtant j’ai été irrémédiablement attirée par l’entremêlement des genres qui y sont présents. La mythologie se mélange au registre comique et au genre policier de façon surprenante. C’est un roman avec une aura de mystère.
Susie Lévesque, Librairie Point de suspension (Chicoutimi)

 


Pompières et pyromanes
Martine Delvaux (Héliotrope)

Quatre ans presque jour pour jour depuis la parution du Monde est à toi, Martine Delvaux signe avec Pompières et pyromanes la suite de ses lettres à sa fille. Cette fois, c’est autour du feu et de ses différents avatars que s’articule la réflexion écoféministe. Sur fond de réchauffement climatique et de feux destructeurs ravageant la planète, Delvaux convoque toute une panoplie d’œuvres et de figures historiques partageant sa fascination des flammes ou ayant eu à subir l’épreuve du feu. Du militantisme de Greta Thunberg et Alexandria Ocasio-Cortez au cinéma de Céline Sciamma et de son sublime Portrait de la jeune fille en feu, Delvaux s’inscrit avec beaucoup d’aplomb et d’intelligence au sein d’une sororité de femmes enflammées par leurs idéaux, prêtes à combattre le feu par le feu pour la suite du monde. Devant un avenir qui trop souvent semble bouché et sombre, ce petit livre plein de sagesses et d’espoir est à conserver très près de son cœur.
Gabriel Guérin, Librairie Pantoute (Québec)

 


Truffe
Fanny Britt et Isabelle Arsenault (La Pastèque)

Les éditions La Pastèque nous offrent le talentueux duo composé de Fanny Britt et d’Isabelle Arsenault. Dans le livre Truffe, qui réunit trois histoires, nous faisons plus ample connaissance avec le petit frère de Louis (Louis parmi les spectres) qui vivra de nouvelles expériences. Nous suivons le petit Truffe à travers une aventure musicale, la découverte de l’amour ainsi que la réalité du deuil. Entouré de ses amis, le petit garçon rêve de devenir une rockstar et il apprend aussi à laisser parler son cœur grâce aux judicieux conseils de sa famille. Puis, il fera face à la mort où plusieurs questions existentielles viendront titiller l’esprit vif de l’enfant. Encore une fois, Fanny et Isabelle nous transportent dans les joies, les tristesses ainsi que dans cette belle naïveté qui forment l’imaginaire de la jeunesse.
Émilie Bolduc, Librairie Le Fureteur (Saint-Lambert)

 


Filles corsaires
Camille Toffoli (Remue-ménage)

Camille Toffoli façonne Filles corsaires lors de moments opportuns et inopportuns, adossée à différentes tables et parfois tard le soir. Des réflexions se déploient : d’une façon libre et vraie, on parlera ici d’un « féminisme de terrain ». On parle de cycloféminisme, de rupture amoureuse, de « p’tites madames », de solitude, d’amitié, de rapports de genre, et j’en passe. C’est dans les rencontres spontanées et les couloirs insoupçonnés de la vie quotidienne qu’émergent l’ouverture et la solidarité. En cofondant la librairie L’Euguélionne à Montréal, Toffoli trouve en ce lieu un terrain d’échanges enrichissant. L’idée est de s’éloigner d’un élitisme intellectuel qui répond que par la théorie elle-même, se frappant aux murs des universités et des colloques. La part étincelante de ce recueil, c’est que la pensée n’y est ni fixée ni achevée, la présence de contradictions fait qu’elle vibre et se colle à nous. À lire et à faire lire.
Marie-Jeanne Pedneault-Malaison, Librairie Marie-Laura (Jonquière)

 


Petit carnet de solitude
Catherine Gauthier (Station T)

Une jeune femme, introvertie, malhabile socialement, s’ouvre enfin à l’amour et se donne entière. Lorsque la relation prend fin, elle s’écroule, s’émiette, et tente peu à peu de reprendre le fil de sa vie, sans pour autant trouver l’équilibre. Les mots de ce roman graphique, peu nombreux, semblent s’échapper d’un silence mûri et amplifient les émotions vécues. Bouleversant par sa franchise, superbe par ses coups de crayon précis, ce Petit carnet de solitude attise la bienveillance envers ceux et celles qui prennent leur temps pour éclore.
Chantal Fontaine, Librairie Moderne (Saint-Jean-sur-Richelieu)

Publicité