Les libraires conseillent répond à la demande des lecteurs avides de suggestions. Chaque mois, un comité formé d’une quinzaine de libraires établit, après moult discussions passionnées et passionnantes, une sélection de cinq livres. 

Essais, BD, romans jeunesse ou pour adultes, d’ici comme d’ailleurs, ces cinq livres sont mis de l’avant dans les librairies membres de notre réseau. Cette initiative est une belle occasion de promouvoir des livres jugés particulièrement remarquables, ainsi que de valoriser le rôle primordial de votre libraire. 

Voici la sélection de janvier :

 

Pour nous libérer les rivières
Hugo Latulippe (Atelier 10)

Sept bonnes raisons et manières de laisser l’art se frayer un chemin au cœur de nos vies. Hugo Latulippe vise dans le mille avec cette judicieuse petite plaquette nourrie de la pensée et de l’œuvre d’un bataillon d’artistes aussi pénétrants que pertinents, de Léolo à Cohen en passant par Deleuze ou Perreault. Au-delà du simple plaidoyer prêchant aux d’ores et déjà convertis, cet essai trapu et dense aux accents d’une sincérité qui fait beaucoup de bien peut aussi se targuer d’alimenter par l’exemple une conception de la vie intégrant tout naturellement l’art, sous toutes ses formes et sans élitisme. En ces temps de divertissements outranciers et de distractions tintinnabulantes, il fait bon voir et se faire rappeler l’usufruit d’un art qui a bien davantage d’idées à offrir qu’il ne devrait nous en changer.
Philippe Fortin, librairie Marie-Laura (Jonquière)

 

 

La lutte
Mathieu Poulin (Ta Mère)

Le nouveau roman de Mathieu Poulin saura ravir tous les amateurs et les non-amateurs de lutte! Il saura donc ravir beaucoup de gens! En fait, le roman ne parle pas seulement de lutte comme un sport, mais aussi comme un combat entre différentes idéologies, entre ce qui est vrai et ce qui relève de la fiction, et entre la mise en place ou non de syndicats pour protéger les droits des travailleurs. C’est une œuvre intelligente, cynique, drôle, engageante et confrontante. Le personnage principal, paradoxal, se montre contradictoire et c’est ce qui le rend des plus intéressants : il n’aime pas les conflits et se défile souvent pour les éviter, mais choisit d’être lutteur et d’être au centre des confrontations. Un véritable « coup » de cœur, un récit poignant où les mots nous frappent directement!
Mathieu Lachance, librairie Le Fureteur (Saint-Lambert)

 

Solénoïde
Mircea Cărtărescu (Noir sur Blanc)

Les vents de la métaphysique, la pluie du postmodernisme et l’électricité de l’ambition se sont assemblés pour déclarer la tempête du chef-d’œuvre. Préparez vos esprits éparpillés pour le grand récit, celui de l’évasion la plus totale qui soit : l’émancipation de l’esprit de sa prison de chair! Cartarescu, de sa plume démiurgique, indique les portes dissimulées, pointe les indices révélant l’illusion et scande la cadence de la terrifiante échappée de l’empire des sens. Pour sortir avec son narrateur du labyrinthe qui circonscrit nos existences, il faut passer le scaphandre et s’enfoncer au cœur de la nuit, s’agiter l’âme de théories mathématiques, de poésie ténébreuse et de rhétorique angoissante. C’est le prix à payer pour s’échapper. Ceux qui comme moi ne connaissaient pas le maître roumain le découvriront ici en s’émerveillant d’avoir une œuvre immense à découvrir! Au cœur d’une Budapest mélancolique, on explore en compagnie d’un spirituel écrivain raté les profondeurs de la ville et ses secrets horrifiants. Avec lui, on rage contre le sort des humains condamnés (à plus ou moins longue échéance) à la douleur puis à la mort. Voici un livre profondément original et au style sublime qui emprunte au fantastique, à la science comme à la science-fiction pour poser des questions fascinantes que la littérature s’octroie rarement le plaisir de traiter. De quoi nourrir de beaux cerveaux pendant longtemps!
Thomas Dupont-Buist, librairie Gallimard (Montréal)

 

La pitoune et la poutine
Alexandre Fontaine Rousseau et Xavier Cadieux (Pow Pow) 

Ben non, La pitoune et la poutine n’est pas l’histoire d’une fin de soirée bien arrosée au Ashton Grande-Allée. Ça raconte les exploits virils de Jos Montferrand, draveur de profession (surfer nordique, diront certains castors) passé maître pour boire comme un trou et botter le plafond des tavernes outaouaises (parce que pourquoi pas ¯_(ツ)_/¯). Sauf que de swinguer du « shiner » à  bout de bras de jour et se détruire le foie une fois la nuit tombée, ça finit par user son homme. C’est pourquoi, après avoir entendu parler d’un remède miracle contre le mal de cheveux, Jos s’embarque sur le Saint-Laurent pour accomplir la plus grande quête de l’Histoire québécoise. Il va sans dire que Jos devra user de son Cantouque en masse pour surmonter les embûches dressées sur son chemin.
Ah! Oui! Est-ce que je vous ai dit que le narrateur est un castor? Pis qu’il sait tout de tout?
Menaud maître-draveur serait fier! 
Gabriel Guérin, librairie Pantoute (Québec)

 

Jules et le renard
Joe Todd-Stanton (L’école des loisirs)

Jules la souris habite seul et en est fort satisfait. Par de savants détours, il parvient à vivre sans pratiquement croiser personne. Un jour qu’il rentre dans son terrier, un renard le guette et plonge tête première pour l’attraper… mais voilà, il est coincé. Ces deux-là vont se méfier, se parler et finalement s’apprécier. Joe Todd-Stanton offre un magnifique album aux couleurs chatoyantes, empli d’ombres et de lumières et qui foisonne de détails auxquels les petits pourront s’attarder. Une histoire toute simple sur la confiance et l’entraide, racontée avec un humour tout en finesse.
Chantal Fontaine, librairie Moderne (Saint-Jean-sur-Richelieu)

Publicité