Robert Gallimard n’est plus

6

Neveu de Gaston Gallimard, fondateur de la maison éponyme, c’est à 23 ans que le jeune Robert Gallimard mit les pieds dans la maison d’édition familiale. C’était en 1949, époque où il fit ses premières armes au département des cessions de droits (autant pour le cinéma que pour les traductions ou que pour les adaptations théâtrales).

Au cours de sa carrière, en plus d’être membre du comité de lecture, il aura eu la chance de côtoyer – et même d’être pour certains le principal interlocuteur – de grands noms, des auteurs dorénavant consacrés au rang des classiques : Sartre, Gary et Camus.

À la mort de Michel Gallimard (dans l’accident de voiture qu’on connaît pour le triste sort qu’il réserva à Albert Camus, en 1960), Robert Gallimard prendra les rênes de la Bibliothèque de la Pléiade, qui, encore aujourd’hui, jouit d’un prestige inégalé.

L’auteur Philippe Sollers a décrit, dans le journal Le Monde, Robert Gallimard comme étant « un homme d’une grande courtoisie, plein d’esprit, très ouvert, qui, tandis que Claude Gallimard s’occupait des auteurs plus académiques, en encourageait de plus subversifs. » 

Source : Le Monde 

Publicité