Mort d’Albert Jacquard

5

Le scientifique Albert Jacquard est décédé hier soir 11 septembre à l’âge de 87 ans dans sa maison de Paris d’une forme de leucémie. C’est ce qu’a annoncé le fils du chercheur. Albert Jacquard était un généticien de formation mais il était aussi philosophe, de cœur et d’esprit, et grand humaniste qui a toujours réclamé la justice et l’égalité.

Président d’honneur de l’association Droit au logement (DAL), il faisait l’éloge de la spécificité de chaque individu. Dans son livre Réinventons l’humanité, il écrit : « Nous sommes des dépositaires et passeurs d’expériences, de savoirs, échangeant en projections leurs questionnements, leurs ambitions, leurs idées, rêves et idéaux, leurs luttes et combats pour avancer en résonances, par nos unicités partagées. » Excellent vulgarisateur, c’est parce qu’il sait exprimer clairement le langage scientifique que chacun se sent concerné et partie prenante de l’aventure planétaire. Pour Jacquard, tout passe, plus que le respect, par « l’amour des différences ».

Il dénonçait aussi la société de surconsommation dans laquelle les pays dits développés sont vautrés. Dans Mon utopie, Jacquard dit : « La croissance de la consommation est en réalité l’équivalent d’une drogue ; la première dose crée l’euphorie mais les suivantes mènent inévitablement à la catastrophe ».

L’an passé, Jacquard écrivait une autobiographie intitulée Dans ma jeunesse où l’on fait encore un peu plus connaissance avec l’homme passionné qu’il était par l’autre et par la vie. À l’occasion de la sortie de ce livre, Jacquard raconte en entrevue au journal Le Point : « Ce que la science et la vie nous apprennent, c’est que « je » est une multitude. Les hommes dépendent les uns des autres pour former la communauté humaine, comme les molécules pour fabriquer un corps ».

En 2009, il accorde un entretien à la revue le libraire où il parle de l’influence de ses lectures, mais aussi où il explique que la philosophie ne se trouve pas si éloignée de la question scientifique : « Car l’objet d’étude de la génétique, c’est ce grand mystère de la procréation, dans lequel interviennent l’arbitraire et l’aléatoire. » On pourrait presque parfois le qualifier de poète, non plus éloigné de l’observateur et du philosophe… On pourrait parcourir toute la route de Jacquard et trouver encore bien des phrases qui portent à réflexion, elles nous enseigneraient toutes l’importance des différences et la nécessité d’égalité et de loyauté. Toutes qualités qui définissent un grand homme.

Pour regarder de plus près les livres d’Albert Jacquard, rendez vous ici.

Sources :

Radio-Canada

Entrevue Le Point

Entrevue le libraire 

Crédit photo : Jacques Grenier/Le Devoir

ibeaulieu@lelibraire.org

Publicité