Décès de l’auteure suisse Anne Cuneo

5

« Je m’intitule écrivain pour emmerder le monde,
parce que cela n’est pas reconnu comme un métier.
Pour moi, dire dans mon passeport que je suis écrivain,
cela signifie proclamer que ça devrait être un gagne-pain
comme mécanicien, chauffeur ou couturière. Pas un « honneur ». »

Anne Cuneo, « Portrait de l’auteur en femme ordinaire »

L’auteure suisse Anne Cuneo est morte le 11 février 2015 à l’âge de 78 ans. Née à Paris en 1936, elle vivra en Italie quelques années et arrivera en Suisse à l’âge de 11 ans. En plus d’être écrivaine, elle était journaliste et cinéaste. « Une histoire me frappe et j’ai envie de la raconter. J’utilise alors les moyens les plus appropriés à la disposition pour la raconter », a exprimé l’auteure en 2013 lors d’une entrevue.

Théâtre, romans, récits, poésie, documentaires, Anne Cuneo a utilisé tous les genres. Son roman Le trajet d’une rivière obtient particulièrement du succès et sera traduit en plusieurs langues. Une cuillérée de bleu, Le maître de Garamond et Portrait de l’auteur en femme ordinaire figurent aussi parmi ses titres les plus remarqués. Elle a reçu le prestigieux Prix Shiller en 1979 pour l’ensemble de son œuvre.

À l’occasion d’un entretien radiophonique, elle disait : « Je trouve qu’on traite la culture très très « par-dessus la jambe ». Il n’y a jamais d’argent pour la culture, il n’y a jamais de place pour la culture dès qu’on sort d’un tout petit cercle, alors que quand on en arrive vraiment aux choses essentielles, on voit à quoi ça peut servir ».

Sources :
RTS
Le Temps
L’Hebdo

ibeaulieu@leslibraires.ca 

Publicité