Le dictionnaire Larousse illustré, le grand et le petit, paraît ces jours-ci au Québec. Cent cinquante nouveaux mots font leur apparition cette année, expliquant que le monde change et que la langue évolue avec sa société.

Par exemple le mot féminicide, qui désigne le meurtre d’une femme perpétré à cause de son genre, témoigne de la reconnaissance d’un phénomène social. Les mots, plus que de simples outils de communication, ont une portée qui dépasse le simple terme. Donner un nom à une situation, c’est lui accorder une existence. C’est donc le début d’une considération qui dans le cas du mot féminicide suggère, espérons-le, une prise de conscience.

Sur une note moins sombre, les influenceurs font aussi officiellement leur arrivée dans la langue française, prouvant par le fait même qu’ils ont véritablement de l’influence! Le mot d’origine québécoise nanane (qui peut aussi s’écrire nananne) fait également son apparition, désignant bonbon lorsqu’il est isolé, mais voulant aussi dire un petit chenapan quand il est employé dans l’expression « enfant de nanane ». Quand on parle de « rose nanane », cela voudrait suggérer une couleur insignifiante, alors que « en enfant de nanane » viendrait se substituer à l’adverbe extrêmement. Enfin, « c’est du nanane » exprimerait la facilité.

Des nouveaux mots proposés par l’Office québécois de la langue française ont été ajoutés : aîné, aînée (personne âgée); autocueillette (cueillette de fruits et légumes par la personne qui les achètera et les emportera ensuite chez elle); plugiciel (logiciel d’application complémentaire associée à un navigateur Web); sableuse (outil de ponçage); trappage (piégeage d’animaux sauvages).

Le quotient émotionnel trouve aussi sa place parmi les nouveautés en 2021, en plus des mots qui concernent la technologie comme chatbot (programme basé sur l’intelligence artificielle qui peut répondre en temps réel aux questions d’un internaute). En tout, 63 500 mots sont répertoriés dans le Larousse 2021.

Pour ce qui est des noms propres, on en compte 28 000 dont les deux Québécois Yannick Nézet-Séguin (chef d’orchestre) et Louise Lecavalier (chorégraphe). La jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg y figure également, tandis que du côté littéraire on note l’entrée du romancier français Guillaume Musso et de l’écrivaine italienne Elena Ferrante.

Publicité