C’est la fin pour les éditions Vents d’Ouest

576
C'est la fin pour les éditions Vents d’Ouest
La maison d’édition gatinoise Vents d’Ouest, qui se consacrait entre autres à la publication de romans pour la jeunesse depuis 1993, se voit dans l’obligation d’arrêter ses activités.

« La situation était devenue intenable », annonce Gilles Parent, le président du Conseil d’administration, sur la page Facebook des éditions. « C’est une belle et grande aventure qui se termine. Plus de 450 titres pendant près de 27 ans de présence littéraire dans l’Outaouais! » La maison s’est mise sous la protection de la Loi sur la faillite et a chaleureusement remercié les auteurs et partenaires qui ont contribué à sa mise en œuvre.

En février 2019, la maison d’édition avait lancé une campagne de sociofinancement pour tenter de renflouer les coffres. Dans les deux dernières années, elle avait perdu 40% de ses subventions, ce moyen venant combler 60% du budget global de l’éditeur. « Comme le budget n’a pas augmenté depuis 10 ou 15 ans et qu’il y a davantage d’éditeurs, c’est sûr que les morceaux de tarte sont de plus en plus petits », avait alors fait savoir au journal Le Droit Michel Lavoie, le coordonnateur des Éditions Vents d’Ouest.

En octobre 2019, un spectacle-bénéfice avait été organisé pour venir en aide à la maison. En plus de tous ces efforts, une diminution de rémunération à laquelle avaient consentie les employés et les collaborateurs n’aura pas suffi à assurer la survivance de la maison d’édition. « Une page se tourne en espérant qu’une autre s’ouvre… » a déclaré M. Parent, visiblement attristé par la situation.

De plus, le directeur littéraire des collections jeunesse de la maison, M. Michel Lavoie, est décédé d’une longue maladie le 29 février dernier.

Publicité