Nos libraires craquent

Poésie et théâtre

Les libraires - Numéro 113

Les cordes de patience

Après avoir publié les aphorismes du regretté Pierre Peuchmaurd, L’Oie de Cravan fait paraître ce printemps Les cordes de patience, petit recueil d’une trentaine de pages seulement. Mais, plaquette ou pas, lorsque c’est du Peuchmaurd, je me garroche. Tout comme dans Fatigues, le surréaliste érudit tresse de ces tableaux évoquant par moment l’œuvre de Hieronymus Bosch. Par exemple : « Le diable s’est couché dans la truie, l’eau a grondé, rose et jalouse, l’ange a pourri l’auge. Neuf porcelets dansent sur leurs cornes » ; ou encore : « La neige monte un cheval bas, les châteaux flambent dans leurs tiroirs, le grand porc des étoiles passe sa langue sur nos cils, la guerre augmente ses prix, on connaît ses dimanches ». Un hommage au « Printemps carcasse » où je me perdrais des heures durant.

Par Gabriel Tremblay-Guérin, Pantoute
Les cordes de patience Pierre Peuchmaurd
Oie De Cravan , 2019 Acheter
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Poésie et théâtre
  4. Les cordes de patience