Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Zakuro

À une époque où l’autofiction est de plus en plus présente dans le paysage littéraire, au point où certains auteurs croient à propos de décortiquer le moindre détail de leurs relations sexuelles, dont une avec un rappeur de seconde classe, un roman de Shimazaki fait l’effet d’une brise fraîche et parfumée sur un jour de chaleur d’une lourdeur accablante. Par une remarquable économie de mots et un style tout en retenue, l’auteure place les événements et les laisse parler d’eux-mêmes. On sent bien le trouble des personnages, leurs émotions, mais ces dernières s’expriment délicatement, dans un battement de cil, une main qui tremble. Parce qu’elle se contente d’effleurer la corde sensible du lecteur plutôt que de la tirer sauvagement, on admire Shimazaki, dont la pudeur semble être une valeur en voie d’extinction.
Par Anne-Marie Genest, Pantoute
Zakuro Aki Shimazaki
Lemeac , 2009 Acheter
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Zakuro