Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Veilleuses (Les)

A-t-on seulement conscience de le place inestimable qu’occupe Raymond Plante dans notre littérature ? En toute discrétion, le romancier et scénariste élabore depuis une trentaine d’années une œuvre éminemment personnelle qui fait le lien entre le roman populaire et la soi-disant « grande » littérature. Dans le deuxième volet de cette trilogie entamée avec Le Nomade (qui portait sur l’univers de son père et des hommes de cette génération), Plante braque cette fois-ci son projecteur de mémorialiste sur sa grand-mère et sa mère, deux femmes de tête et de cœur qui l’ont vu naître et l’ont élevé, nommément sa grand-mère et sa mère. Ce livre, qui emprunte la forme d’un journal de souvenirs, fournit au romancier l’occasion de scruter d’un regard attendri, mais sans complaisance, une soixantaine d’années d’histoire québécoise. Et comme toujours, Plante réussit à nous envoûter avec cette langue sobre et élégante, qui ne dédaigne ni l’humour ni l’émotion, et qui sait dire le « vrai monde » tout simplement.
Par Stanley Péan, Les libraires
image non disponible
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Veilleuses (Les)