Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Ombre du chien (L’)

Ce n’est sans doute pas par hasard si l’on a choisi de faire figurer une reproduction d’Egon Schiele sur la couverture de ce troisième roman du poète et romancier, auteur de Rouge malsain. Il y a en effet une parenté entre les personnages en apparence tourmentés du peintre allemand et l’univers délicieusement tordu des livres de Luc Lecompte. Assailli par des lettres anonymes, un peintre faussaire surnommé Vinci verra sa vie complètement bouleversée par l’apparition d’un mystérieux survenant, qui le fera littéralement plonger dans les affres du désir et de la passion. « Lyrisme barbare », écrit-on dans le prière d’insérer, une formule qui convient tout à fait à ce roman déroutant, servi par une écriture nerveuse et un imaginaire à nul pareil dans le paysage littéraire québécois. On recommandera néanmoins ce livre aux lecteurs avertis, d’abord ; quant aux autres… les pauvres, ils ne savent pas ce qu’ils manquent…
Par Stanley Péan, Les libraires
image non disponible
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Ombre du chien (L’)