Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

La fille de l’imprimeur est triste

Avec ce troisième roman, Nicolas Gilbert confirme qu’il maîtrise l’art de la construction romanesque. Dans un style fluide et avec des mots justes, il raconte l’histoire de deux hommes presque identiques, tous les deux appelés François Meunier, vivant à deux époques différentes : l’un au XIXe siècle et l’autre au XXIe. Deux histoires enchevêtrées donc, présentant des jeux de miroir tout à fait réussis. La fille de l’imprimeur est triste se distingue des précédents romans de Gilbert, car il s’éloigne du milieu musical où étaient campés Le récital et Le joueur de triangle. Malgré tout, les images et la mélodie des mots nous rappellent que l’auteur est aussi un compositeur. Un roman à lire, un jeune auteur à surveiller!
Par Chloé Legault, Pantoute
image non disponible
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. La fille de l’imprimeur est triste