Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Dehors l’intime

Curieusement, la poésie de Corinne Chevarier est à la fois limpide et hermétique. Les mots coulent comme un ruisseau transparent et se caparaçonnent en même temps dans une intimité très personnelle où le monde «évidé» laisse voir «l’invraisemblance des choses». En quête de sens devant un monde absurde, nous ne serons pas étonnés que l’auteure nous interpelle d’une façon brusque: «Permettez-moi de vous assassiner un peu/d’abandonner les jeux de Javel.» Le recueil est divisé en quatre parties, qui ont pour thème commun une maison. Dans la dernière partie, Une porte dans la poitrine, on devine qu’une souffrance profonde a fait son nid: «Nous habitons un ventre aux cordons de fer.» Dans cette maison de chair se livre une bataille à finir et «l’amnistie sera une longue nuit».
Par Guy Marchamps, Clément Morin
image non disponible
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Dehors l’intime