Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Compter jusqu’à cent

Compter jusqu’à cent est l’histoire d’un viol qu’a aussi subi son auteure, Mélanie Gélinas. Ce qui est d’autant plus troublant, nous apprend celle-ci en postface, qu’elle l’a écrite pour son mémoire de création littéraire. On éprouve un certain malaise à la voir tenter de justifier, dans un cadre universitaire, un drame aussi intime, mais cette postface est essentielle pour comprendre ce que dit l’Avertissement: «Ce récit est une œuvre de fiction.» La fiction était le seul moyen «d’écrire l’impossible», de transmettre le tragique de l’événement sans le dénaturer. La vérité n’est pas «ce qui s’est vraiment passé», mais ce qui a été vécu et ressenti. Et, dans le cas présent, la nature indicible du vécu était telle qu’elle ne pouvait s’exprimer qu’à travers ce magnifique et paradoxal premier roman de Mélanie Gélinas.
Par Mathieu Croisetière, Clément Morin
image non disponible
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Compter jusqu’à cent