Nos libraires craquent

Littérature québécoise

Le libraire - Numéro 81

C’est le coeur qui meurt en dernier

Dans ce récit intimiste, bouleversant d’authenticité, Robert Lalonde raconte celle qui fut sa mère. Morte à 94 ans, cette femme hautement superstitieuse s’estimait « piégée par le destin », dramatisant tout et prévoyant toujours le pire. Or, elle était aussi capable, une fois ses corvées terminées, de jouer les Joan Crawford et de chanter telle une diva, le coeur soudainement léger. Avec une grande poésie, alternant entre ses propres souvenirs d’enfance et la version quasi légendaire que faisait sa mère des mêmes événements, l’écrivain fait voir toute la tendresse et la rivalité caractérisant leur tumultueuse relation. Bien plus qu’un simple hommage ou l’expression d’un quelconque ressentiment, ce portrait touchant témoigne une fois de plus du grand talent de l’auteur.

Par François Martin, Clément Morin
C'est le coeur qui meurt en dernier Robert Lalonde
Boreal , 2013 Aussi en numérique Acheter
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. C’est le coeur qui meurt en dernier