Nos libraires craquent

Littérature québécoise

exclusif au web

Batailles

En tant que futur père, j’ai été particulièrement sensible à ce premier recueil de Patrick Boulanger, qu’il dédie à ses enfants et à sa copine. C’est, en effet, sous le signe de «l’enfant / le miroir […] où l’on court se connaître», que ce livre s’inscrit. En témoignent les grimaces de la couverture, à la fois celles de petits anges et de petits démons. Nous aimons nos enfants, mais cet amour ne nous préserve pas de la peur. Peur pour eux, mais aussi d’eux, de ce qu’ils nous «font» lorsqu’ils bouleversent nos certitudes. C’est pourquoi, pour se rassurer, «on a numéroté les enfants / pour mieux les classer». Si le poète se sent «un père de plus / brisé sur le mutisme», il n’empêche qu’au cœur de ses «batailles», l’enfant — ou le reflet de l’enfant qu’il est lui-même lorsqu’il s’y voit — est aussi celui qui, parfois, lui permet de «poser les armes».
Par Mathieu Croisetière, Clément Morin
image non disponible
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature québécoise
  4. Batailles