Nos libraires craquent

Littérature étrangère

exclusif au web

Boris après l’amour

Parce qu’il veut retrouver ce fils illégitime conçu avec sa sœur, Richard Dorval, un vieil original fortuné, convoque dans son manoir — par hasard le 11 septembre ! — neveux et nièces pour leur transmettre ses dernières volontés. Afin de mettre la main sur le magot, la pitoyable descendance a un an pour dénicher « le chroniqueur qui saura dire au mieux la richesse de [leurs] sentiments et la belle aventure d’une famille chrétienne au siècle dernier », ouvrage qui devra être écrit par un auteur reconnu puis publié par une maison sérieuse. Une petite annonce dans Le Figaro et hop ! entre en scène Serval, qui espère un jour « voir la fin de [ses] deux angoisses vitales : l’amour, l’appétit.» Chronique d’un écrivaillon déprimé à la solde d’un clan irrévérencieux, Boris après l’amour est une comédie noire déjantée et jouissive. À l’évidence, Queffélec s’en est donné à cœur joie dans ce délire peuplé de pathétiques héros pris au piège d’une époque pour le moins navrante. Déconcertant, mais bigrement cocasse.
Par Hélène Simard, Les libraires
Boris Après l'Amour Yann Queffélec
Fayard , 2002 Acheter
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Nos libraires craquent
  3. Littérature étrangère
  4. Boris après l’amour