Entrevues

Sur le livre

exclusif au web
Les Correspondances d'Eastman : l'écriture en plein air

Les Correspondances d'Eastman : l'écriture en plein air

Par Josée-Anne Paradis, Les libraires, publié le 09/07/2015

Cet été, c'est au cœur du bucolique petit village d'Eastman, en Estrie, que vous pourrez savourer les douceurs de l'écriture manuscrite. Grâce au festival littéraire Les Correspondances d'Eastman, qui se déroule du 6 au 9 août 2015, vous pourrez, en plus d'écrire des lettres (qui seront gracieusement envoyées partout à travers le monde) dans des jardins ou lieux aménagés exprès pour l'occasion, découvrir des auteurs d'ici qui donneront des ateliers, participeront à des tables rondes ou à de nombreux cafés littéraires. Sous la présidence de Kim Thuy, cette treizième édition s'annonce enivrante! Pour le prouver, Raphaël Bédard-Chartrand, le directeur général, nous en dévoile un peu plus. 

 

Le thème de cette année est « Enfances ». Pourquoi le pluriel? En quoi cette thématique est-elle riche, pour les auteurs et les lecteurs?
L’enfance est multiple. C’est un point commun, une base qui unit tout le monde…

Quelle fut joyeuse ou difficile, c’est durant l’enfance que nous bâtissons notre compréhension de la vie. Il n’est pas rare que les auteurs retournent à cet état de naïveté pure afin de puiser une vision nouvelle sur le monde, une idée ou même un souvenir marquant pour s’inspirer.

Qui plus est, il n’y a pas d’âge pour s’initier à la littérature. Les livres que nous avons lus dans notre enfance nous laissent généralement une grave impression et les histoires qu’ils contiennent nous accompagnent toute notre vie.

Ce thème a donc été choisi de façon à revisiter l’enfance sous toutes ses facettes et de célébrer cette période magique et foisonnante. 

 
Crédit photo: "Les Correspondances"

Votre festival se consacre à l’art de la correspondance, notamment grâce à ses jardins et chambres d’écriture. Avec l’ère technologique qui renvoie aux oubliettes les lettres, les gens sont-ils nombreux à profiter de l’occasion pour écrire quelques missives?

Malgré la vague technologique, un nombre impressionnant de personnes viennent profiter des chambres d’écriture pour renouer avec le plaisir de sortir leurs plus belles plumes et de toucher le papier!

Toutefois, prendre le temps d’écrire une lettre à la main, de suivre le fil de ses idées sans avoir la possibilité de frapper la touche « retour » reste un défi de taille. C’est pourquoi les jardins et les chambres d’écritures existent : elles sont les « bulles » que plusieurs attendent et recherchent pour finalement prendre le temps d’écrire.

Le défi est double pour les jeunes et pour ceux qui sont absorbés dans l’univers numérique du train-train quotidien (courriels, téléphones intelligents, réseaux sociaux et autres). C’est pourquoi Les Correspondances tentent de simplifier les choses au maximum : avec l’achat du stylo-passeport, papier à lettres, enveloppes et timbres sont offerts dans plus d’une dizaine de ces endroits inspirants, prêtés gracieusement par les citoyens d’Eastman!

Pour finir, écrire à un proche, de façon manuscrite, dévoile bien plus qu’un simple courriel… D’ailleurs, de nos jours, je ne connais personne qui soit déçu de recevoir une carte postale ou une lettre manuscrite par la poste : je crois que ça fait figure de petit rayon de soleil à travers la publicité et les factures…

Nous ne sommes pas fermés cependant à s’ouvrir davantage aux nouvelles technologies dans le futur, seul l’avenir nous le dira!

Pourquoi les gens devraient-ils faire le détour vers la petite ville d’Eastman? En quoi ce lieu est-il propice à célébrer la littérature?
D’abord, le village d’Eastman se veut un endroit en harmonie avec la nature qui inspire les écrivains, les artistes et les festivaliers. Ses paysages enchanteurs et son côté discret en font un endroit magique à découvrir. 

Ensuite, Les Correspondances d’Eastman en sont déjà à leur 13e édition. La renommée du festival ainsi que la participation citoyenne en ont fait, avec le temps, un lieu de référence unique en son genre : il s’agit effectivement d’un des rares festivals d’été en Amérique du Nord qui se dédie entièrement à la littérature!

 
Crédit photo: "Les Correspondances"

Qu’est-ce que le stylo-passeport que peuvent se procurer les festivaliers?
Le stylo passeport se veut être le laissez-passer officiel pour la plupart des activités qui ne nécessite pas l’achat d’un billet. En d’autres mots, le stylo passeport permet aux visiteurs d’explorer le village, les jardins et les chambres d’écriture afin d’y écrire ou d’y lire tranquillement.

Aussi, des ateliers d’écritures, des prestations, des lectures publiques telles que celle d’Hélène Dorion et celle d’Herménégilde Chiasson captiveront les visiteurs dans de magnifiques jardins.

Toujours grâce à ce stylo passeport, les festivaliers pourront venir rencontrer notre porte-parole Kim Thúy qui partagera sa passion de la littérature autour d’un thé de Camellia Sinensis, le vendredi soir, au Parc du temps qui passe. Trois superbes expositions attendent aussi les curieux au restaurant Les Trois Grâces, au jardin du Pont Couvert et à la bibliothèque d’Eastman. Photos et aquarelles sont au rendez-vous!

Pour finir, le stylo passeport porte bien son nom, il s’agit d’un vrai stylo que vous pourrez utiliser dans les jardins. Disons que nous tentons de rendre l’utile à l’agréable. Ah, et ai-je mentionné qu’il était fait en grande partie de plastique récupéré?

Cette année, une belle place est faite aux jeunes. Quelles sont les activités phares qui leur sont dédiées?
Avec la réussite du volet jeunesse de l’an dernier, nous comptons effectivement renouveler la formule! Des animations en compagnie d’auteurs connus du milieu jeunesse tels que Simon Boulerice, Marie-Louise Guay, Marianne Dubuc, Sonia Sarfati, Dany Laferrière et Marc Lavertu divertiront les jeunes tout au long de la fin de semaine.

Un coin lecture jeunesse sera aménagé et bonifié de plusieurs œuvres au goût du jour. De nombreuses activités et ateliers seront aussi offerts gratuitement aux jeunes. De plus, Madame Pamplemousse sera de retour et accompagnera les jeunes dans le monde de l’imaginaire et des contes à travers le village d’Eastman.

L’activité qui inaugure le début de la programmation est un atelier d’écriture de cartes postales donné par Leslie Piché. Pouvez-vous nous en dire davantage?
Cet atelier, en collaboration avec la Fédération québécoise du loisir littéraire, est une première pour les Correspondances. C’est effectivement la poète Leslie Piché, présidente de la fédération, qui donnera l’atelier. Elle accompagnera les participants dans la rédaction de leurs cartes postales « improbables ». Pourquoi improbable? À vous de le déterminer!

De plus, l’atelier s’avère aussi être un concours : le gagnant aura la chance d’être publié dans la revue Le passeur administrée par la FQLL!

Entre la classe de maître donné par Robert Lalonde, les spectacles musicaux (notamment de Chloé Ste-Marie), les lectures et les animations, le choix sera vaste pour le public. Mais – la question indiscrète! - quelle activité attendez-vous avec le plus d’impatience?
C’est une très bonne question et j’avoue avoir beaucoup de difficulté à y répondre puisque je me suis un peu attaché à toute notre programmation : le sujet de l’enfance est riche et j’ai hâte d’entendre les auteurs nous expliquer leurs démarches, inspirations et anecdotes sur ce sujet… Mais si je dois vous répondre, je vous dirais que le spectacle littéraire du samedi soir L’Amélanchier selon Jacques Ferron est l’activité que j’attends avec le plus de curiosité, et pour plusieurs raisons!

D’abord, il s’agit d’un texte qui a été écrit avant son temps et qui a connu une entrée remarquée lors de sa première publication. Depuis quelques années, on s’intéresse à nouveau à ce texte. Le film Tinamer que nous projetterons durant la soirée est, par ailleurs, une version « remastérisée» par Éléphant cinéma Québec, et ce sera la première fois qu’il sera présenté. La lecture que Johanne-Marie Tremblay fera sera l’adaptation que Denis Côté a écrite du texte original de Jacques Ferron. Au final, en plus d’être au cœur de notre évènement, c’est-à-dire le samedi soir, il s’agit d’un spectacle qui jettera un nouveau regard sur une œuvre intemporelle qui fait un portrait unique de l’enfance et de l’imaginaire de notre culture québécoise.

 

En compléments:
Un concours d'écriture
La programmation complète
Le site officiel des Correspondances d'Eastman

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Entrevues
  3. Sur le livre
  4. Les Correspondances d'Eastman : l'écriture en plein air