Entrevues

Littérature québécoise

exclusif au web
Rachida M’Faddel : L’esprit d’ouverture

Rachida M’Faddel : L’esprit d’ouverture

Par Dominique Lemieux, Les libraires, publié le 03/02/2017

Rachida M’Faddel a parcouru le monde. Née à Casablanca, élevée en France, retournée au Maroc et établie au Québec depuis 2000, elle porte en elle ce regard façonné par les lieux traversés. Cela explique sûrement cette sagesse et cette grande humanité perceptible au bout du fil. Lors de notre échange, Rachida M’Faddel nous a parlé avec enthousiasme du livre qu’elle a dirigé avec Céline Larouche, Regards croisées. Paroles de femmes, paru le 1er février aux éditions Fides, mais aussi de sa vision d’un monde métissé et harmonieux.

Au Québec, Rachida M’Faddel continue d’écrire – certes –, mais elle sillonne aussi la province dans le cadre de conférences ou d’enseignements. C’est d’ailleurs à Chicoutimi que le projet des Lettres aux femmes d’ici et d’ailleurs est né : « Quelque temps après les attentats du 11 novembre à Paris – où j’ai perdu une amie –, je devais me rendre à l’UQAC pour donner une conférence. J’étais inquiète au début, car je craignais la perception négative que les gens auraient de l’islam. Mais j’ai été agréablement surprise. Les participants faisaient montre d’un grand intérêt, ils posaient beaucoup de questions. Il y avait un réel désir de comprendre l’autre. Ça m’a beaucoup touchée, et j’ai souhaité prolonger cette expérience. »

Des enjeux de tous genres ont alors été abordés : la laïcité, la place des femmes dans la société, l’immigration, le vivre-ensemble… Rachida M’Faddel a été charmée par l’ouverture des gens, qui racontaient leur vécu souvent riche en émotions. Elle a donc poursuivi en cette veine : « J’aimais l’idée de femmes qui parlaient à d’autres femmes, d’âmes à âmes. La forme épistolaire permet de faire de l’autre un confident. Je voulais que ce livre soit un livre d’amitié, un livre sur comment on peut enrichir l’autre. Quand j’en ai parlé à l’écrivaine Céline Larouche, elle a tout de suite été partante pour créer un projet. »

C’est ainsi que les deux comparses ont rassemblé une équipe de collaborateurs qui compte notamment Nathalie Petrowski, Rodney Saint-Éloi, Lynda Thalie, Rachida Azdouz et la ministre Rita de Santis. Chacun a rédigé une lettre destinée à une ou des femmes et composée dans un esprit d’universalité et d’ouverture. Dans son propre texte, Rachida M’Faddel rend hommage, de façon émouvante, à sa mère, une femme indépendante, qui a toujours travaillé fort pour faire sa place.  

Le projet se démarque par la diversité des points de vue et par la place accordée aux gens issus de tous horizons. À ce sujet, pour Rachida M’Faddel, il y a mieux à faire pour représenter les gens venus d’ailleurs : « On n’entend pas suffisamment leurs voix. Ça nous enrichirait tellement pourtant. Et ça nous amènerait une meilleure compréhension de l’autre. C’est en lisant qu’on apprend à connaître l’autre. Moi, j’ai mieux compris le Québec en lisant Marie Laberge, Dany Laferrière, etc. ».

Rachida M’Faddel est consciente du défi de refaire sa vie après un nouveau départ : « L’exil est toujours difficile. On quitte sa famille, ses amis. C’est un recommencement et on se retrouve souvent seul. Il faut refaire un réseau, recommencer souvent au bas de l’échelle. On ne peut pas demander à ces gens de changer leur identité. Nous sommes ce que nous sommes. On peut les aider à s’adapter à leur nouvelle réalité, mais on ne peut pas leur demander d’oublier… »

D’où l’importance de la culture, et de la curiosité nécessaire pour en découvrir les multiples facettes. Elle insiste sur ce point : « Seuls la culture et les arts peuvent permettre de combattre les préjugés, de confronter les certitudes du soi avec les mystères de l’autre. [...] Sous toutes ses formes, la culture cristallise autour d’elle les émotions d’un peuple. Une mémoire collective se construit. La culture devient une parole commune entre le nous et le vous. »

Un autre exemple de la bonté de Rachida M’Faddel et des autres écrivains associés à ce projet? Tous les fonds récoltés grâce aux ventes de ce livre seront remis au Centre des femmes d’ici et d’ailleurs de Villeray, une ressource importante pour soutenir les femmes de tous horizons. Une belle façon de construire un lien plus fort entre ce nous et ce vous.

Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Entrevues
  3. Littérature québécoise
  4. Rachida M’Faddel : L’esprit d’ouverture