Chroniques

Sur le livre

exclusif au web
À chacun son livre

À chacun son livre

Par Laurent Laplante, publié le 27/08/2007
Yann Martel s’est fixé une mission: améliorer la relation de Stephen Harper avec le livre en expédiant au premier ministre un bouquin par quinzaine. Moins exigeant, je suggère ici à un certain nombre de personnalités publiques la lecture d’un livre, un seul, dont le titre, sinon le contenu, pourrait susciter en elles d’utiles réflexions. Rien n’empêche les lecteurs et lectrices d’intercepter ces bons conseils.
—À Bernard Landry, homme simple et effacé, je recommande la lecture d’ Ainsiparlait Zarathoustra de Nietzsche . Peut-être y sentira-t-il la pertinence du conseil de Verlaine: «Prends l’éloquence et tords-lui le cou».
— À Mario Dumont, je suggère un livre habité par un personnage intéressé aux «vraies affaires»: Le Capitaine Fracasse, de Théophile Gautier. Il y obtiendra confirmation d’un principe qui lui est cher: on peut faire carrière sans se surcharger l’esprit. Des éditions illustrées existent.
— À la mairesse Andrée Boucher, je propose la lecture d’une tranche des Mémoires de l’ancien ministre Georges-Émile Lapalme, celle qui s’intitule Le Paradis du pouvoir. Cela l’amènera à savourer le pouvoir, même s’il lui faut parfois le partager.
— Au ministre Philippe Couillard, je laisse le choix. Il peut lire avec le sourire l’histoire du docteur Knock, de Jules Romains, selon qui «un homme bien portant est un malade qui s’ignore». Ou encore L’Homme pressé de Paul Morand l’encouragera à ne pas se laisser démoraliser par les urgences.
— L’ex-lieutenant-gouverneur Lise Thibault éprouvera un peu de jalousie à lire Les 500 millions de la Bégum de Jules Verne. Voilà, en effet, une personne qui n’avait pas besoin de tenir une comptabilité
serrée.
—Pour que le Mont-Orford survive dans leur mémoire, je recommande qu’on remette aux ministres de l’Environnement réels ou appréhendés un exemplaire de La Montagne magique, de Thomas Mann. Il s’agit d’une montagne heureusement épargnée par la spéculation.
— À Jean Charest, je propose de lire discrètement L’Homme traqué de Francis Carco. Si, en plus, pendant sa lecture, il fait jouer Paroles, paroles de Dalida, peut-être pourra-t-il comprendre pourquoi quelque chose se prépare dans son dos.
— Au «pauvre» Jeff Fillion, je suggère un livre écrit à l’époque des phrases complètes et des bonnes manières: Le Jardin des bêtes sauvages de Georges Duhamel. Certains des détestables personnages de ce livre écrit en 1933 savaient déjà se déguiser en victimes.
— À Gilles Duceppe, pour le consoler de la brièveté de son espoir, je suggère un beau livre de Julien Green: Les Pays lointains. À Pauline Marois, qui revient à l’avant-scène, je suggère La Patience des justes de Pierre de Grandpré.
— Pour les athlètes dits professionnels, je choisis un livre qui renforcera en eux le respect du public:
La Grosse Galette, de John Dos Passos.
— Au premier ministre Stephen Harper et à son ministre de l’Environnement, je recommande La Dérobade de Jeanne Cordelier. Kyoto n’y est pas mentionné, mais à deux ils verront peut-être un lien.
— Au président Bush, je transmettrais, sans grand espoir, Le Pouvoir confisqué d’Hélène Carrère d’Encausse.
— Et je garde à portée de main, en attendant d’identifier la personne qui le mérite le plus, Nous sommes tous des acteurs, de Jean-Louis Roux.

Bonnes lectures!


Bibliographie :
Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich Nietzsche, Flammarion, 480 p., 8,95$ Le Capitaine Fracasse, Théophile Gautier, Rouge et Or, 190 p., 5,95$ Le Paradis du pouvoir, Georges-Émile Lapalme, Leméac, 264 p., 14,95$ Knock, Jules Romains, Gallimard, coll. Folio théâtre, 170 p., 6,50$ L’Homme pressé, Paul Morand, Gallimard, coll. L’imaginaire, 332 p., 16,95$ Les 500 millions de la Bégum, Jules Verne, Maxi-Livres, 160 p., 1$ La Montagne magique, Thomas Mann, Le Livre de poche, 832 p., 16,95$ L’Homme traqué, Francis Carco, Le Livre de poche, 180 p., 5,95$ Le Jardin des bêtes sauvages, Georges Duhamel, Mercure de France, 240 p., 14,25$ Les Pays lointains, Julien Green, Seuil, coll. Points, 19,95$ La Patience des justes, Pierre de Grandpré, Cercle du livre de France, 250 p., épuisé La Grosse Galette, John Dos Passos, Folio, 704 p., 22,95$ La Dérobade, Jeanne Cordelier, Phébus, coll. D’aujourd’hui, 426 p., 39,95$ Le Pouvoir confisqué, Hélène Carrère d’Encausse, Flammarion, 336 p., 28$ Nous sommes tous des acteurs, Jean-Louis Roux, Éditions Lescop, 506 p., 29,95$
Partager cet article
Commenter sur facebook
  1. Accueil
  2. Chroniques
  3. Sur le livre
  4. À chacun son livre